10 choses vues ou entendues pendant l'évacuation de la Jungle de Calais

Témoignages, images étonnantes, émouvantes d'une journée hors du commun. Quand des milliers d'hommes quittent le plus grande bidonville de France. 

© PHILIPPE HUGUEN/AFP
Created with flickr embed.

Idriss, heureux de partir

Un Soudanais dit son soulagement de pouvoir en fin quitter la "Jungle" de Calais. "C’est mieux pour moi [de partir], explique-t-il. La jungle, ce n’est pas bien. Quand j’ai entendu la proposition d’aller en CAO, j’étais très heureux. Parce que c’est propre et que ça me donne une chance d'étudier en France et de rencontrer des Français."

Un caddie pour transporter les bagages

Les migrants ont peu d'effets personnels. Mais les associations leur ont prêté des valises.

Dans le bus

Peu de journalistes ont été autorisés à monter dans un bus avec les migrants. Un journaliste de franceinfo a tout de même fait le voyage vers Saint-Nazaire et a tweeté cette photo. On y aperçoit un migrant avec un masque et des plastiques protégeant tous les sièges par souci d'hygiène.

Les Afghans brûlent leur cabane

Déjà lors du démantèlement de la zone sud il ya  quelques mois, on avait noté de nombreux départs d'incendie. Une nouvelle fois, des migrants afghans ont décidé de brûler leurs abris avant de partir. Des extincteurs ont été distribués par les associations pour éviter que le feu ne brûle toute la "jungle". 

"Au bout de vos rêves"

C'est le slogan de la compagnie de car "Voyages Inglard". Il sonne évidemment étrangement le jour où des centaines d'hommes qui rêvaient d'Angleterre se voient contraints partir dans des CAO en France.

Le plan montré aux migrants

La plupart des migrants ne connaissent évidemment pas la géographie française. Pour leur donner des repères, un plan leur est montré dans le hangar d'orientation. "You are hre" désigne Calais. Chaque migrant se voit proposer deux régions de destination. 

Mojahir ne veut pas monter dans le bus

Selon les associations, ils seraient environ 2000 dans le même cas. L'Etat va-t-il les forcer à monter dans les bus ? Comment ? Des mini-camps vont-ils se recréer dans le Calaisis ?

Malaise autour de la meute des journalistes

700 journalistes accrédités, venus du monde entier. C'est beaucoup et ça peut créer un malaise. Transmettre des infos, faire vivre l'émotion d'une journée particulière sans tomber dans le voyeurisme... 

Emotions


Yann Tiersen en musique de fond

Pour finir, une vidéo tournée ce dimanche. On ya voit deux musiciens jouer dans la "Jungle" un extrait de "La fabuleuse histoire d'Amélie Poulain". Musique de fond avant la fin du bidonville ?

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration