10 jours sans soleil, pluie et températures exceptionnellement douces, une météo hivernale qui surprend

L'hiver qui s'achève est le troisième plus chaud jamais enregistré par Météo France, derrière 2020 et 2016. Mais la douceur des températures s'est accompagnée d'un faible ensoleillement dans les Hauts-de-France, particulièrement au mois de février.

Le retour du soleil va faire du bien au moral des habitants des Hauts-de-France, victimes d'une grisaille persistante ces dernières semaines.

Le taux d'ensoleillement a été historiquement bas durant l'hiver. Les Hauts-de-France ont connu un déficit de 60 % de soleil, particulièrement dans l'Oise, où la baisse s'élève à 80 %.

Dix jours sans soleil dans la Somme

En février, le poste le moins ensoleillé de tous les Hauts-de-France a été celui de Saint-Quentin (Aisne), avec seulement 23 heures, alors que la normale est de 79 heures. C’est le mois de février le plus sombre depuis le début des mesures en 1991 (le précédent record de 29 heures remonte à en 2006).

La préfecture de l'Aisne, ainsi que Beauvais et Bailleul-le-Soc dans l’Oise, font d'ailleurs partie des cinq villes de France les moins ensoleillées de l'hiver.

Selon Météo France, les Amiénois s'en sont un peu mieux sortis avec 36 heures de soleil à la même période, contre 80 heures en moyenne habituellement. Mais ils ont quand même subi 10 jours sans aucun rayon de soleil et 23 jours sans période ensoleillée marquante.

Record de froid en janvier et douceur en février

La saison se distingue toutefois par des écarts de température importants. En début d'année, un épisode de froid intense a surpris les plus frileux. À partir du vendredi 19 janvier, "à la faveur d’un ciel nocturne complètement dégagé, les températures ont fortement chuté sur la moitié nord du pays", rappelle Météo France.

Les thermomètres ont chuté en dessous des -10°C dans l’Oise, le Pas-de-Calais et la Somme. À Arras (62), la station météo ouverte en 1986 a enregistré un record absolu de froid avec -14,7°C ! Les températures sont redevenues positives trois jours plus tard.

Malgré ce froid glacial, l'hiver est le troisième plus chaud jamais enregistré par Météo France (+2,2°C en moyenne dans les Hauts-de-France), derrière 2020 et 2016. En février, ce sont des températures quasi printanières, qui ont été enregistrées (3°C à 4°C au-dessus des normales de saison).

Malgré des inondations dramatiques, des précipitations normales

Les images dramatiques de villages sous les eaux dans le Pas-de-Calais ont marqué les esprits en décembre et en janvier. Ces épisodes faisaient suite à des pluies assez abondantes à l’automne dans le Nord et le Pas-de-Calais.

Des précipitations importantes, mais pas exceptionnelles pour autant : "Dans le Nord, nous avons relevé 292 mm à Avesnes-sur-Helpe (+28 %) ou 287 mm à Roubaix (+28 %). C’est surtout l’ouest du Pas-de-Calais qui fut le plus mouillé, avec un maximum de 453 mm à Radinghem (+48 %), ce qui reste néanmoins éloigné des 520 mm de l’hiver 1994, et des 629 mm de l’hiver suivant, en 1995", constate Jean-Michel Meunier, météorologue à Météo France.

Côté sud, les départements picards ont été arrosés de façon assez habituelle, avec des déficits ou des excédents faibles.