100ème match du LOSC à Pierre-Mauroy : pourquoi le stade attire de moins en moins de spectateurs

Publié le Mis à jour le
Écrit par EM

Les chiffres sont édifiants. Le nombre de spectateurs au Stade Pierre-Mauroy pour les matchs du LOSC ne cesse de diminuer depuis 4 ans. 

Le graphique ci-dessous résume presque à lui seul la situation. Une courbe qui descend lentement, régulièrement. Elle décrit la moyenne du nombre de spectateurs au Stade Pierre-Mauroy depuis 4 saisons, depuis l'inauguration du Stade en août 2012. Juste en-dessous, presque parallèle, qui suit à peu près la même pente, la courbe du nombre d'abonnés au LOSC. 

Create line charts
40 593 spectateurs de moyenne en 2012-2013, 30268 en 2015-2016. Et depuis le début de saison, 25991. Soit un peu plus de la moitié de la capacité commerciale du stade fixée à 49 000. Le LOSC se maintient malgré tout toujours dans le TOP 5 des clubs les plus attractifs : il a été 2ème et est aujourd'hui 5ème. 

Autres chiffres parlants : ceux des meilleurs affluences par saison, les pics. Là aussi, elles diminuent. En 2013-2014, la venue du PSG avait par exemple attiré 48 960 spectateurs. La saison dernière, ce pic de la saison est decsendu à 39 601. 

Create your own infographics

Le public lillois sensible aux résultats

C'est un fait. Le LOSC est loin de faire le plein au Stade Pierre-Mauroy, qui pourrait même presque paraître surdimensionné. Pourquoi ce désamour ? Pourquoi ces chiffres inquiétants ? Que faire pour redresser la barre et éviter que la courbe ne continue ?

L'équipement en lui-même semble hors de cause. Le stade est accessible, agréable, couvert les soirs de pluie. La visibilité est bonne partout. Il faut chercher ailleurs. Et très vite, on arrive à l'explication N°1 : les résultats. Le début de saison catastrophique (le LOSC 18ème du classement) renforce cette impression : "Ce qui se passe, c'est que tous les ans, on perd des joueurs, analyse Benoît Guilbert, président de la section de supporters Dogues audomarois. On déshabille sans se rhabiller. Il arrive à un moment où ça casse. On nous avait promis une grande équipe quand on est arrivés dans le Grand stade. Elle n'est jamais venue."

Le LOSC a été champion de France avant son arrivée dans le Stade Pierre-Mauroy et depuis, les résultats sont effectivement moins bons. "Au niveau de l'ambiance, on sent qu'on est moins nombreux. Mais ceux qui sont là, c'est les vrais. Il y a eu un effet de mode sans doute à un moment." Le public lillois plus sensible aux résultats que le public lensois ? Sans doute. "Ça manque d'animation. C'est froid. Par rapport à il y a deux/trois ans, les gens autour de nous ne reprennent plus les chants", affirme Philippe Vandaele, président de la section "En avant le LOSC" (100 adhérents), installée dans le virage sud (l'ambiance part toujours du virage Nord où sont installées les DVE, groupe le plus important de supporters). Le 3ème étage du stade est presque toujours fermé désormais. 

Désamour pour la Ligue 1

Mais pour lui, le problème est plus global et ne concerne pas que le LOSC : "Il y a un malaise dans tout le championnat français. L'étalement des matchs sur 3 jours est une mauvaise chose. Et le spectacle n'est pas au rendez-vous. Dans notre section, il y a même des gens  qui ont ont payé leur abonnement et ne vont pas au stade."

C'est vrai, l'affluence moyenne en Ligue 1 est en baisse ces dernières saisons. Mais pas tout à fait dans les mêmes proportions qu'au LOSC. "Cette question concerne l'ensemble du stade français, affirme Damien Castelain, président de la MEL (Métropole européenne de Lille). Il y a une baisse globale du nombre de spectateurs, un désamour du football français. Mais c'est vrai, l'équipe s'est affaiblie ces dernières années. C'est pour ça que le nouveau projet sera très important. Il faut absolument retrouver une équipe et des résultats."

Au moment de la construction du stade, les élus de la MEL pensaient que la moyenne de spectateurs tournerait autour de 30 000. Un intéressement avait même été prévu contractuellement sur les recettes de billetterie. La MEL devait toucher 20 % des recettes billetterie excédant 16.5 M€ (soit plus de 40000 spectateurs environ de moyenne). Ce seuil n’a jamais été atteint. Du coup, la collectivité touche un loyer fixe de la part du LOSC, indépendant du taux de remplissage du stade : environ 5 millions d'euros. Sollicité, le LOSC n'a pas souhaité répondre à nos questions sur le stade et l'affluence. 

Ce samedi soir, le LOSC jouera son 100ème match au Stade Pierre-Mauroy face à Bastia. Les supporters présents espèrent y voir le 130ème but marqué par les Lillois dans cette enceinte. Même s'ils sont moins nombreux, ils restent optimistes : "Ça fait 40 ans que je vais au LOSC, conclut Benoît Guilbert. Quand j'étais gamin, il y avait 2500 personnes à Grimonprez-Jooris. Maintenant, on est 25 000, il y a eu du chemin parcouru !"