14 juillet. "Ils n'ont pas répondu aux attentes" : des nordistes parmi les manifestants à Paris pour l'hôpital public

Le Ségur de la santé a-t-il accouché d'une souris ? Certains soignants le pensent et le disent ce mardi lors d'une manifestation à Paris.

Des soignants du CHU de Lille dans le cortège de manifestants à Paris ce mardi après-midi
Des soignants du CHU de Lille dans le cortège de manifestants à Paris ce mardi après-midi © ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce mardi à Paris à l'appel de plusieurs organisations syndicales, dont la CGT et Solidaires ainsi que du Collectif Inter-Hôpitaux afin de réclamer plus de moyens pour l'hôpital. Parmi eux, des soignants nordistes insstisfaits par le Ségur de la Santé.

"Le Covid a montré qu'on avait besoin de lits, on les a pas", explique dans le cortège Guillaume Rosey, infirmier en neurologie à Maubeuge, déçu par les accords signés lundi par certaines organisations syndicales. "On en attendait beaucoup du Ségur", ajoute l'infirmier au milieu des slogans réclamant "du fric, du fric pour l'hôpital public". "Il fallait créer des emplois. On ne les a pas. Il y a beaucoup de choses qui n'ont pas été abordées et on ne
peut pas être satisfaits. On avait demandé 300 euros pour avoir un salaire moyen au niveau de celui dans l'OCDE
".

Le défilé des soignants sur les Champs-Elysées, à l'occasion du 14 juillet, je pense que c'est du pipeau.

Paule Bensaid, infirmière dans un EPSM

Or, selon les accords signés lundi, l'augmentation des infirmiers dans les hôpitaux et Ehpad publics devrait être de l'ordre de 183 euros net mensuels. "Ils n'ont pas répondu aux attentes", tranche Paule Bensaid, infirmière dans un EPSM (établissement pour adulte handicapé) à Lille. "On réclamait minimum 300 euros pour tous les agents. La où je travaille, on n'a pas eu de masque avant le 30 avril. Alors le défilé des soignants sur les champs (Elysées, à l'occasion du 14 juillet) je pense que c'est du pipeau".
© ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
© ZAKARIA ABDELKAFI / AFP
Pour Ali Yassine, élève infirmier et ancien aide soignant, il s'agit d'offrir aux patients de meilleurs soins. "On veut juste signaler un dysfonctionnement et le réparer", explique-t-il à l'AFP. "M. Tout le monde qui va tomber malade je veux  qu'il ait plus que ce qu'un infirmier peut lui offrir actuellement. C'est pas comme ça que j'envisage de soigner les gens".

Parmi les manifestants, certains venaient d'un rassemblement organisé par des "gilets jaunes" devant l'Inspection générale de la police (IGPN) afin de dénoncer les violences policières, en présence de certaines figures du mouvements blessées lors de manifestations. Étaient également présents le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, le chanteur Francis Lalanne et le député (LFI) Eric Coquerel. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter