14 juillet : les dangers des pétards et feux d'artifices

À l'occasion de la fête nationale ou pour agrémenter une fête privée, de nombreux feux d'artifices sont tirés par des particuliers. Mais attention ils font chaque année plusieurs victimes le week-end du 14 juillet.

Achetés en ligne, ou parfois fabriqués à la maison les pétards et feux d'artifices font plusieurs victimes chaque année. Pourtant il existe une réglementation concernant leur achat et leur utilisation. Ces explosifs festifs sont susceptibles d'entraîner des brûlures, des amputations et de déclencher des incendies.

La réglementation distingue quatre catégories de pétards et feux d'artifices de divertissement

Un arrêté du 1er juillet 2015 distingue quatre catégories d'artifices de "divertissement". Les produits de la première catégorie (F1 ou C1) sont interdits aux moins de 12 ans. Ceux des catégories F2 et F3 (ou C2 et C3) sont interdits aux moins de 18 ans. Quant à ceux de la catégorie F4 (ou C4), ils sont réservés aux professionnels et donc interdits aux particuliers. La classification est précisée sur l'emballage.

Généralement, les préfets prennent des arrêtés pour limiter l'usage des pétards, à l'approche du 14 juillet ou des fêtes de fin d'année. 

Le site Internet de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, vous donne quelques conseils pour éviter le pire.   

De nombreux particuliers tirent des pétards, malgré le danger que représente leur utilisation sans précaution.

 

Les "artifices de divertissement" sont rangés en quatre catégories, qui deviendront communes à tous les pays de l'UE en 2017. En France, les adolescents ont accès aux petits pétards de catégorie 1 à partir de 12 ans. Les pétards de la catégorie 4 sont réservés aux artificiers professionnels
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité