Cet article date de plus de 7 ans

Evasion de Redoine Faïd : deux personnes vont être mises en examen pour complicité d'évasion, trois surveillants toujours en garde à vue

Deux personnes dans l'enquête sur les complicités dans l'évasion en avril dernier du braqueur Redoine Faïd de la prison de Sequedin (Nord) vont être mises en examen pour complicité d'évasion. Il s'agit d'un détenu et de son frère. Trois surveillants restent en garde à vue.
Ce vendredi matin, vers 8h, une des personnes qui va être présentée au juge, arrive au tribunal de Lille.
Ce vendredi matin, vers 8h, une des personnes qui va être présentée au juge, arrive au tribunal de Lille. © France 3 Nord Pas-de-Calais
Deux personnes dans l'enquête sur les complicités dans l'évasion en avril dernier du braqueur Redoine Faïd de la prison de Sequedin (Nord) vont être mises en examen ce vendredi pour complicité d'évasion et association de malfaiteurs. Il s'agit d'un détenu et de son frère. le parquet a demandé leur placement en détention. Trois surveillants restent en garde à vue. Un quatrième a été libéré hier soir vers 21h.

Les enquêteurs de la Police Judiciaire de Lille se demandent encore ce soir qui est impliqué dans l'évasion et à quel degré.
Qui a réceptionné les explosifs et l'arme qui ont servi à Redoine Faïd? Des surveillants ont-ils participé activement à l'évasion ou ont-ils simplement fermé les yeux sur certains agissements suspects ?  La question reste posée. Selon nos informations, un seul surveillant semblerait être au coeur du système avec la complicité d'un détenu et une personne extérieure.

"Si vraiment un collègue avait trempé dans cette évasion, ça serait compliqué pour les gardiens", avait dit mercredi Stéphane Lecerf, de l'Ufap-Unsa-Justice, invoquant la présomption d'innocence pour toute personne entendue.

durée de la vidéo: 00 min 18
stephane lecerf, déléguée UFAP UNSA justice à Sequedin


Redoine Faïd s'était évadé le 13 avril à l'aide d'une arme, d'explosifs et en prenant en otages quatre surveillants. Il avait été interpellé un mois et demi
plus tard dans un hôtel de Seine-et-Marne.

Depuis, l'enquête se poursuit pour déterminer les complicités éventuelles, dans le cadre d'une information judiciaire ouverte par le parquet de Lille.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
redoine faïd justice