TER : grève reconduite pour un 4e week-end, et autre grève ce mardi

A l'issue d'une journée encore perturbée, les conducteurs de TER du Littoral ont voté la reconduction de leur grève à partir de dimanche matin. En cause : des journées à rallonge (10h30) et des efforts mal répartis dans la région. Parallèlement, la ligne Lille-Hirson sera perturbée demain.

La grève des conducteurs des unités de production Côte d'Opale (Dunkerque-Calais-Boulogne) s'est achevée ce lundi midi. Les trois quarts des cheminots concernés ont suivi le mouvement lancé par la CGT, la CFDT et Sud.

3 TER sur 5 ont circulé lundi. La totalité du réseau régional a été touché (et un autre mouvement perturbera le réseau demain mardi - voir notre encadré plus bas). Les grands axes, notamment les TER-GV, ont été maintenus et la SNCF s'est concentrée sur les heures de pointe.

A l'issue de cette troisième mobilisation consécutive, les conducteurs du littoral ont voté la reconduction de la grève le week-end prochain, soit du dimanche 5 janvier (à 11h) au lundi 6 janvier (à 11h). Les syndicats se disent prêts à poursuivre indéfiniment le mouvement.

Trop de travail


"C'est difficile de nous faire comprendre aux usagers, mais quand on leur explique qu'on fait des journées de 10h30, avec juste une heure de pause, ils comprennent que ça devient dangereux", confie Laurent Dekeyser, Secrétaire général CFDT Cheminots Nord - Pas-de-Calais.

Chaque année, la SNCF réorganise le trafic et les conditions de travail qui vont avec. Cette fois, les conducteurs du Littoral et de Valenciennes s'estiment floués : pas de recrues formées à temps et de nouveaux trajets à assurer, c'est trop.

A en croire le syndicaliste, les conséquences pourraient être, si ce n'est graves, au moins très perturbentes : "Ce qui va arriver, clairement, c'est les arrêts loupés. Les conducteurs font plusieurs fois le même trajet mais avec des arrêts différents, donc si la fatigue s'accumule, on risque de se tromper et le service aux usagers ne sera pas assuré..."

Des efforts mal répartis


"Guillaume Pépy, le PDG de la SNCF, veut trouver des millions en réduisant le personnel", se désole le syndicaliste. Mais il est conscient qu'il est trop tard pour changer les choses en 2014.

Du coup : à quoi bon poursuivre la grève, qui plus est pendant les fêtes ?

"Je ne veux surtout pas pointer du doigt certains collègues, je ne veux pas que tout le monde soit à 10h30 par jour, mais ce n'est pas normal que certains dépôts se prennent tout sur la tête", lance Laurent Dekeyser.

Les conducteurs des dépôts de Lille ou Lens notamment seraient moins impactés par le service 2014. Les grévistes veulent donc repenser toutes les journées sur l'ensemble de la région, pour équilibrer les efforts. Avant de réengager la bataille contre la direction sur le fond : les suppressions de postes, et bientôt notamment de contrôleurs.
De nouvelles perturbations mardi
Mardi 31 décembre, dix conducteurs du dépôt d'Aulnoye-Aymeries seront à leur tour en grève. Ce nouveau mouvement, indépendant du précédent, provoquera de nouvelles perturbations :

- 24 TER supprimés (sur 800)

- Uniquement sur la ligne Lille-Valenciennes-Aulnoye-Hirson

- Surtout en fin de journée

Le détail des nouveaux horaires et des cars de substitution est accessible en gare et sur le site de la SNCF.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité