Le Sénat favorable à une fusion Picardie Nord-Pas-de-Calais

Le Sénat, maintenant à droite, a confirmé jeudi qu'il voulait le maintien d'une région Alsace autonome mais a refusé de justesse qu'il en soit de même pour le Nord-Pas-de-Calais, lors de ses débats sur la réforme régionale.

Le Sénat à Paris
Le Sénat à Paris © AFP
A la mi-journée, les sénateurs n'avaient toujours pas voté l'article 1er du projet de loi, qui dessine la nouvelle carte régionale. La commission spéciale du Sénat chargée de la réforme territoriale a modifié cette carte, proposant 15 régions au lieu des 13 votées cet été par l'Assemblée nationale, en séparant l'Alsace de Champagne-Ardenne et Lorraine, et Midi-Pyrénées de Languedoc-Roussillon. 

En séance, un amendement déposé par des élus UMP de Lorraine comme Gérard Longuet, mais aussi par François Baroin (Aube), qui visait à rétablir la grande région Alsace-Champagne Ardenne-Lorraine, a été repoussé par 219 voix contre 117. La grande majorité de la droite et du centre a voté contre cet amendement déposé pourtant par des sénateurs UMP, tandis qu'à l'inverse la plupart des socialistes ont voté pour.

Le vote a été plus serré sur des amendements présentés par des sénateurs du Nord, tant socialistes que centristes, pour refuser la fusion entre le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie, votée par l'Assemblée et approuvée par la commission sénatoriale. Le vote à main levée étant trop indécis, la présidente de séance, la centriste Jacqueline Gourault a fait procéder à un vote "assis-debout" qui a dégagé une très légère majorité contre les amendements.

La haute assemblée devait dans l'après-midi examiner des amendements défendant la fusion Midi-Pyrenées et Languedoc-Roussillon, avant de voter l'article 1er, et d'achever dans la soirée ou dans la nuit l'examen de l'ensemble du projet.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
réforme territoriale
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter