Belgique : 3 jeunes filles droguées à leur insu dans une discothèque ?

L'intérieur de la discothèque Le Pulse. / © Page Facebook "Le Pulse"
L'intérieur de la discothèque Le Pulse. / © Page Facebook "Le Pulse"

Par France 3 Nord Pas-de-Calais web

Dans la nuit de samedi à dimanche, trois jeunes filles ont été hospitalisées après avoir subi un malaise dans la discothèque le Pulse à Esquelmes (ex-La Bush). Elles dansaient dans cette grosse discothèque du Tournaisis (à une vingtaine de minutes de Lille) quand elles se sont senties mail. 

«  Deux des filles ont pu nous raconter ce qui s’est passé. Elles étaient conscientes tandis que la première avait déjà été emmenée par l’ambulance. Elles ont reconnu avoir accepté un verre d’un inconnu. Et elles l’ont bu. C’est contraire au bon sens  », a expliqué à Nord-Eclair.be le patron du Pulse, Georges Goderis.

"Drogue du violeur ?"

«  Les filles ont décrit l’individu qui a offert le verre, poursuit-il. Malheureusement, le personnel n’est pas parvenu à l’intercepter  ». Après ces 3 cas, plus rien n'a été signalé. Des appels au micro ont été faits pour rappeler qu'il ne fallait pas accepter les verres des inconnus et faire attention où on laisse traîner son verre. Les 3 jeunes filles sont aujourd'hui hors de danger.

 / © Image Drogues Info-Service Même si on ignore quel produit a effectivement été ingéré et dans quelles conditions, cette histoire fait évidemment penser au danger d'une drogue appelée communément la "drogue du violeur", le GHB, censée procurer une légère euphorie et une désinhibition. Elle se présente sous forme de poudre blanche soluble ou de liquide incolore et inodore. Il peut donc être versé dans une boisson, sans en changer le goût ni l’aspect, à l’insu d’une personne. Toutefois, note le site Drogues info-services, les études sur les cas de « soumission chimique » en France estiment que le GHB reste peu utilisé à de telles fins. Et les rumeurs autour de cette drogue sont bien plus nombreuses que les affaires réelles. 

En 2012, à Blaton (Belgique), un trafic de GHB avait été démantelé dans le discothèque "Le Lotus".


Sur le même sujet

Kamini revit la Belle Epoque à Mers-les-Bains

Les + Lus