Procès en appel d'Hénin-Beaumont: vers un bis repetita ?

© MAXPPP
© MAXPPP

Par avec AFP

Le ministère public a requis "sensiblement les mêmes peines" pour sept prévenus jugés à Douai dans le volet pénal du procès en appel de détournements de fonds publics à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), a-t-on appris lundi de sources judiciaires. Le procès doit s'achever ce mardi matin et le jugement sera prononcé le 12 février prochain.

Le principal protagoniste de l'affaire, l'ancien maire socialiste d'Hénin-Beaumont entre 2001 et 2009 Gérard Dalongeville, avait finalement renoncé à faire appel quelques semaines avant l'ouverture du procès.

Dalongeville et Mollet : 4 ans d'emprisonnement dont 3 ferme


Pour rappel, Gérard Dalongeville avait été condamné en août 2013 par le tribunal correctionnel de Béthune à quatre ans d'emprisonnement, dont trois ferme, à cinq ans d'inéligibilité et à 50.000 euros d'amende, pour détournements de fonds publics, délits de favoritisme et usages de faux, au préjudice de la commune du bassin minier.

Il a été reconnu coupable d'avoir mis en place avec Claude Chopin, son ancien premier adjoint chargé des finances, et l'homme d'affaires Guy Mollet, un système de fausses factures entre 2006 et avril 2009, au bénéfice de sociétés qui n'ont jamais honoré les prestations correspondantes.

En première instance, Claude Chopin a été condamné à trois ans de prison, dont un ferme, à 30.000 euros d'amende et à cinq ans d'inéligibilité. Guy Mollet a quant à lui été condamné à quatre ans d'emprisonnement, dont trois ferme, et 5.000 euros d'amende. Guy Mollet a fait appel dans le volet pénal et civil et Claude Chopin uniquement au civil.

Sur le même sujet

Les + Lus