Arc International : les employés dans l'attente du plan de reprise

Les employés du groupe verrier Arc International attendent avec anxiété un CE extraordinaire lors duquel le candidat à la reprise Peaked Hill Partners LLC (PHP) doit présenter ce vendredi son offre de rachat. Avec de possibles suppressions d'emplois à la clé. 

Arc International emploie 5 600 personnes à Arques dans le Pas-de-Calais
Arc International emploie 5 600 personnes à Arques dans le Pas-de-Calais © MaxPPP/Jean-Pierre Brunet
60 millions d'euros, c'est a priori ce que le groupe PHP serait prêt à investir pour sauver Arc International, et au passage acquérir 75 % du capital de l'entreprise. Ce vendredi, un comité d'établissement extraordinaire permettra d'en savoir plus sur les intentions du fonds d'investissement américain. 

"PHP est seul en course et si ce n'est pas PHP, ce sera personne parce qu'on sera en redressement judiciaire", craignait jeudi Frédéric Specque, secrétaire CGT du CE du groupe, basé à Arques, dans le Pas-de-Calais.
Un ou plusieurs représentants du fonds américain PHP doivent détailler l'offre faite aux actionnaires et la stratégie envisagée pour faire repartir à la hausse le chiffre d'affaires, en recul depuis plusieurs années, et assainir la situation financière de l'entreprise, très lourdement endettée selon la presse spécialisée.
"Il faut qu'on aille très, très vite. Si l'adossement n'aboutit pas dans les jours ou dans les semaines qui viennent, très clairement, en février on est en redressement et on ne paye plus les salaires", a insisté M. Specque.

500 millions d'euros de dette selon la presse spécialisée

Le groupe verrier français Arc International avait annoncé le 21 octobre la fin des négociations exclusives entamées avec le fonds d'investissement HIG Capital et l'ouverture de discussions avec PHP.

Le groupe, affligé de dettes évaluées à 500 millions d'euros par la presse spécialisée, avait indiqué que PHP souhaitait "recapitaliser l'entreprise afin de renforcer les investissements à long terme, restaurer la profitabilité et accélérer le développement du groupe".
Arc International exporte ses produits notamment sous les marques Luminarc, Arcoroc et Cristal d'Arques.

Des effectifs français divisés par deux en 10 ans

Le verrier, fondé en 1825, est très présent depuis longtemps à l'international, mais ses effectifs français ont fondu de moitié depuis 2004. Il emploie aujourd'hui 5 690 personnes en France et 10 520 au total dans le monde.

Selon les informations dévoilées cette semaine par la Voix du Nord, le rachat par PHP pourrait conduire le groupe verrier à se séparer de 550 personnes dans les fonctions support, mais à en recruter 150 en production.

Son chiffre d'affaires a reculé de 1,1 milliard d'euros en 2011 à 978 millions en 2012, puis 901 millions en 2013.

Plus de 4 000 personnes au chômage partiel dans les mois à venir

Les employés sont actuellement nombreux à subir des mesures de chômage partiel, environ 2.000 actuellement, principalement les métiers support. Mais ce chiffre pourrait s'élever lors des quatre premiers mois de 2015, à plus de 4.000 personnes, et toucher une partie des salariés affectés à la production.

 

Pour retrouver un peu d'air, Arc International avait cédé en janvier la marque Pyrex au fonds d'investissement américain Aurora Capital Group, pour un montant non dévoilé.
Interrogée par l'AFP, la Banque publique d'investissement (BPI) indique avoir "regardé au départ" le dossier Arc International, où elle est "déjà impliquée en tant que prêteur", mais précise que "le consortium mené par PHP n'a pas souhaité nous associer".

Quant au ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique, il suit avec attention le dossier, mais a choisi, alors que "des discussions sont en cours", "d'attendre" les résultats du comité d'entreprise avant, s'il en était besoin, de s'exprimer, a fait savoir le cabinet d'Emmanuel Macron.   

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter