Le plan de reprise d’Arc International toujours pas prêt

Le comité d'entreprise extraordinaire du groupe verrier en difficulté Arc International n'a une nouvelle fois pas pu se tenir mardi, faute de plan de reprise en bonne et due forme du fonds américain Peaked Hill Partners LLC (PHP), a-t-on appris de source syndicale.

© France 3
"L'offre de PHP n'est pas encore finalisée", a déclaré le secrétaire du CE, Frédéric Specque (CGT). Le CE entamé vendredi mais rapidement suspendu n'a en conséquence pas pu se tenir ce mardi matin comme initialement prévu. Aucune information supplémentaire n'a été donnée aux représentants du personnel, selon Frédéric Specque, qui déplore "tous ces secrets". Une déléguée CFE-CGC, Elisabeth Jacques, a néanmoins précisé que "la direction a demandé aux membres du CE de se tenir disponibles toute la semaine".

Une dette de 500 000 millions d’euros

L'actionnaire principal, la famille Durand, cherche depuis plus d'un an un repreneur, le groupe en perte de vitesse depuis des années étant endetté à hauteur de 500 millions d'euros. L'apport en fonds propres attendu pour sauver l'entreprise et ses quelque 10.520 employés, dont 5.690 en France concentrés dans le Pas-de-Calais, tourne autour de 60 millions d'euros, selon une source proche du dossier. Mais vendredi, suite à un désistement, il manquait encore 28 millions d'euros pour boucler le plan de reprise, selon un élu régional.

Faute de liquidités, l'entreprise née en 1825 pourrait être rapidement placée en redressement judiciaire, et le Pas-de-Calais déjà affecté par un chômage de plus de 13%, être menacé d'un nouveau sinistre social.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter