• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

La réforme territoriale ne va pas aider la croissance en Nord-Pas-de-Calais-Picardie, selon France Stratégie

Illustration. / © France Stratégie
Illustration. / © France Stratégie

La nouvelle carte régionale "renforce la cohérence économique interne des régions" et va donc favoriser leur croissance, selon France Stratégie, institut rattaché à l'Etat. Mais les chercheurs notent trois exceptions : Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire et Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Par Mickaël Guiho avec AFP

France Stratégie, c’est l’Etat mais pas tout à fait. Cet institut est rattaché au Premier ministre, mais regroupe des chercheurs qui produisent des analyses indépendantes. En l’occurrence, les conclusions concernant la pertinence économique de la réforme territoriale jouent plutôt pour le bébé accouché par le gouvernement et le Parlement, mais notre région fait exception...

Selon France Stratégie, la nouvelle carte régionale, qui réduira au premier janvier 2016 le nombre de régions de 21 à 14 en métropole (hors Corse), "renforce la cohérence économique interne des régions" et va donc favoriser leur croissance, sauf pour trois d'entre elles : Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire et Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

Mesurer la "cohérence" des régions


Dans une étude précédente, les chercheurs avaient souligné que la croissance se faisait surtout dans les métropoles, pour expliquer qu’avec la réforme territoriale, "l’enjeu est que les métropoles exploitent à plein leur potentiel de croissance, et en même temps que celle-ci se diffuse vers l’ensemble des territoires" de chaque nouvelle région.

"Une plus grande intégration des territoires à l’ensemble économique que constitue la région facilitera par la suite la prise de décision et la mise en œuvre de politiques économiques efficaces de développement régional", concluent les auteurs de la nouvelle étude.

Celle-ci vient compléter la première en vérifiant la "cohérence" des nouvelles régions. Les chercheurs ont étudié les liens humains, économiques et financiers, qui lient les départements. Ils ont constaté que 16 d’entre eux sont plutôt reliés à des départements d’une autre région que la leur. C’est mieux qu’aujourd’hui, où ils sont 24, mais ce n’est pas encore ça.
Cartes produites par les chercheurs (voir l'étude pour une plus grande image). / © France Stratégie
Cartes produites par les chercheurs (voir l'étude pour une plus grande image). / © France Stratégie

L’Aisne et l’Oise regardent ailleurs


Les chercheurs ont constaté que le Nord-Pas-de-Calais-Picardie est assez hétérogène. En effet, "de nombreux résidents" de l'Oise travaillent en Ile-de-France, tandis que les propriétaires des entreprises de l'Aisne sont davantage liés à la région Alsace/Lorraine/Champagne-Ardenne. La nouvelle entité comte ainsi deux départements sur cinq qui "subissent des forces centrifuges qui les éloignent de leur région". Or "une région est dite cohérente si moins de 25% des départements sont concernés par une telle force centrifuge", écrivent les auteurs de l’étude.

Selon France stratégie, réaffecter des départements confrontés à des forces centrifuges ne serait pas une solution car "ces réaffectations créeraient de nouvelles forces centrifuges". Il vaudrait mieux "mettre en place des politiques permettant de favoriser les liens économiques avec le reste de la région". "On pense notamment aux politiques de transport et de développement économique", écrivent les auteurs.

Sur le même sujet

Luka Elsner en conférence de presse avant le match de l'ASC face au LOSC

Les + Lus