91 communes des Hauts-de-France retenues dans le programme "Petites villes de demain"

L'Etat lance un nouveau programme de revalorisation des territoires en permettant aux élus des communes de moins de 20 000 habitants de concrétiser leurs projets pour améliorer les conditions de vie des habitants. 91 "Petites villes de demain" ont été sélectionnées dans les Hauts-de-France. 

Avec le programme "Petites villes de demain", l'aide de l'Etat permettra notamment de redynamiser les centres-villes.
Avec le programme "Petites villes de demain", l'aide de l'Etat permettra notamment de redynamiser les centres-villes. © FTV

Soutenir les petites communes et favoriser leur développement, c'est la promesse faite par le Premier ministre Jean Castex au début de son mandat. "Nous accélérerons en particulier tous les projets sur les réseaux qui permettent de structurer et de développer nos territoires : déploiement du très haut débit, modernisation des réseaux d’eau et d’assainissement, sauvegarde des petites lignes ferroviaires", avait-il annoncé lors de son discours de politique générale à l'Assemblée Nationale le 15 juillet 2020. 

Depuis quelques années, les petites communes voient leur commerces et leurs services de proximité disparaître. C'est pourquoi dans le prolongement de l'expérimentation "centre-bourg" menée depuis 2014 et le programme "action coeur de ville" lancé en 2017, le gouvernement annonce la mise en place du programme "Petites villes de demain". 

En France, 1000 communes et intercommunalités ont été ciblées pour faire partie de ce programme dont 91 en Hauts-de-France. Dans le détail, 25 communes sont concernées dans l'Aisne, 21 dans la Somme, 18 dans le Pas-de-Calais, 14 dans le Nord et 13 dans l'Oise. 

Les communes de l'Aisne retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain"
Les communes de l'Aisne retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain" © Agence nationale de la cohésion des territoires
Les communes de la Somme retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain"
Les communes de la Somme retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain" © Agence nationale de la cohésion des territoires
Les communes du Pas-de-Calais retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain"
Les communes du Pas-de-Calais retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain" © Agence nationale de la cohésion des territoires
Les communes du Nord retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain"
Les communes du Nord retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain" © Agence nationale de la cohésion des territoires
Les communes de l'Oise retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain"
Les communes de l'Oise retenues dans le cadre du programme "Petites villes de demain" © Agence nationale de la cohésion des territoires

Trois milliards d'euros investis sur 6 ans

Ce programme a pour objectif de donner aux élus des communes de moins de 20 000 habitants les moyens de réaliser leurs projets pour leur ville et d'améliorer ainsi les conditions de vie des habitants. Pour ce faire, l'État investit 3 milliards d'euros sur 6 ans, laissant aux élus la lattitude pour entreprendre leurs projets propres à leurs communes. 

"C'est une vraie satisfaction d'avoir été choisi par l'État, réagit Arnaud Dumontier, maire (LR) de Pont-Sainte-Maxence dans l'Oise. Je pense à la rénovation de l'habitat, au maintien du commerce dans le centre-ville, à la détermination d'espaces naturels, à la création de France Services, tout ça ce sont des enjeux très concrets pour la commune."

"Je trouve que c'est très intéressant, personnellement je saute dessus, sourit Jean Paul Lecomte, maire (SE) de Cayeux-sur-Mer dans la Somme. On a plein de projets : la redynamisation du centre-bourg, le boulevard maritime à redéfinir. Les moyens pour les communes du littoral ne sont pas exorbitants surtout après la crise sanitaire où on a perdu beaucoup d'argent, donc c'est un bon bol d'air. Après rien de concret pour l'instant, j'aurai une réunion avec la préfecture et la communauté d'agglomération en janvier."

"Des réponses concrètes pour les plus petites centralités"

L’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT) est chargée de mettre en oeuvre le programme grâce à ses délégués territoriaux et les préfets de département. Déjà 60 mesures d'accompagnement ont été identifiées.

"Je suis très attachée à ce programme, à la fois car il s’agit du premier programme créé et développé par l’Agence elle-même, mais aussi et surtout parce qu’il apporte des réponses concrètes pour les plus petites centralités", indique Caroline Cayeux, maire de Beauvais et présidente du conseil d’administration de l’ANCT. 

De plus, pour faire face à la crise sanitaire, l’État a décidé d’engager un plan de relance de 100 milliards d'euros, dont une partie importante des crédits est territorialisée. À ce titre, les "Petites villes de demain" pourront bénéficier immédiatement des crédits de la relance pour le financement de leurs projets. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie société aménagement du territoire