Accusé d'antisémitisme, le carnaval belge d'Alost est "une honte" pour la Commission européenne

Un haut-responsable de l'exécutif européen a réclamé son interdiction.

© JULIETTE BRUYNSEELS / AFP
Un haut responsable de la Commission européenne a jugé lundi que le carnaval belge d'Alost qui a fait défiler dimanche des caricatures de juifs orthodoxes était "une honte" et a réclamé son interdiction.

"Pour moi c'est clair : le carnaval d'Alost est une honte. Il doit cesser. Pas de place pour ça en Europe", a tweetté le commissaire grec Margaritis Schinas, également vice-président de la Commission.
 
Un porte-parole de l'exécutif européen avait auparavant condamné ces caricatures, estimant qu'elle n'avaient "rien à faire dans les rues européennes 75 ans après la Shoah".
 
"La position de la Commission est claire, nous sommes absolument opposés à toute forme d'antisémitisme", a souligné ce porte-parole, Adalbert Jahnz.

 

"Un certain nombre de plaintes" auprès de la Commission


Précisant que la Commission avait reçu "un certain nombre de plaintes" concernant le défilé, il a précisé qu'il appartenait aux autorités nationales concernées "de prendre des mesures (...), conformément aux lois européennes".

Pour la Première ministre belge, Sophie Wilmès, "il revient aux institutions compétentes et à la justice de déterminer si les faits qui se sont déroulés pendant le carnaval enfreignent la loi".
 
"L'utilisation de stéréotypes, de référents stigmatisant des communautés, des groupes humains sur base de leurs origines conduit aux divisions et met en péril le vivre ensemble", a regretté cette libérale francophone, ajoutant que ces faits "portent préjudice à nos valeurs ainsi qu'à la réputation de notre pays".
 
Rayé du patrimoine immatériel de l'Unesco, le carnaval d'Alost a de nouveau caricaturé des juifs orthodoxes dimanche, représentés notamment comme des fourmis.

 

Une polémique déjà en 2019


Une vaste polémique avait suivi l'édition 2019 de ce carnaval vieux de 600 ans, quand un char caricaturant des juifs orthodoxes aux nez crochus, assis sur des sacs d'or, avait pris part au cortège.
 
Lors de l'annonce de son interdiction, une mesure inédite de l'organisation, cette dernière avait fustigé les "répétitions récurrentes de représentations racistes et antisémites" dans cette manifestation.

Le maire d'Alost s'est une nouvelle fois défendu dimanche : "ce n'est pas une parade antisémite, Alost n'est pas une ville antisémite", a déclaré l'élu nationaliste flamand, Christoph D'Haese.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international carnaval fêtes locales événements sorties et loisirs société antisémitisme
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter