• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Dans l’Aisne, la fleur de sureau se transforme en sirop

Clotilde Brown a lancé une campagne de financement participatif pour installer un laboratoire dans l'exploitation familiale située à Housset, dans l'Aisne. / © L. Pénichou
Clotilde Brown a lancé une campagne de financement participatif pour installer un laboratoire dans l'exploitation familiale située à Housset, dans l'Aisne. / © L. Pénichou

Depuis deux ans, une famille d’agriculteurs produit du sirop de sureau à Housset, dans l’Aisne. Leur matière première ? Une petite fleur sauvage qui pousse le long des sentiers. Plébiscité par les Anglais, ce produit est encore méconnu en France.
 

Par MCP

Chaque matin, Clotilde remplit son seau de fleurs de sureau. Entre mai et juin, elle n’a qu’à tendre la main pour cueillir ces petites fleurs blanches qui poussent dans les bosquets au bord des sentiers. "Ce qui est super, c’est que tous les jours on a des nouvelles fleurs qui s’ouvrent et qui sont pleines de pollen" s'exclame-t-elle en cueillant les fleurs. 

Le pollen intéresse particulièrement cette agricultrice car c’est lui qui parfume le produit final. Depuis deux ans, Clotilde Brown produit du sirop à partir de ces fleurs sauvages. Comme vous pouvez le voir dans le reportage ci-dessous, la recette est simple : il suffit de laisser infuser les fleurs pendant 24 heures avec du citron puis de chauffer la préparation à 70 degrés pour pasteuriser le liquide. 
 
Dans l’Aisne, la fleur de sureau se transforme en sirop
Avec Clotilde Brown et Denis Allavoine. Un reportage de Laurent Pénichou et Marie Roussel.

Ingénieure agricole de formation, Clotilde a travaillé dix ans en Angleterre. C'est là qu’elle a découvert le "elderflower syrup", très apprécié des Anglais. En 2016, de retour dans l’exploitation familiale de Housset, la jeune femme a décidé de diversifier la production avec cette recette "made in England". Agriculteur, son père a tout de suite approuvé : "Ce qu’on remarque, c’est qu’on s’était éloigné du consommateur en produisant de la betterave et du blé, explique Denis Allavoine. C’est une idée intérieure qui germait en moi d’essayer de se rapprocher des gens".

Pour financer son laboratoire, Clotilde a lancé une campagne de financement participatif et a également obtenu des subventions de la région. Au total, la jeune femme a investi 70 000 euros et espère produire 800 litres de sirop par an.
 

Une fleur royale à déguster


Si la fleur de sureau est connue depuis toujours dans nos campagnes, cela ne fait que quelques années qu’elle intéresse à nouveau les amateurs de cuisine. En sirop, en gelée, en confiture, en sorbet ou encore en beignet, la fleur de sureau se décline pour tous les goûts.
 
Symbole de son retour magistral : c’est cette fleur qui a été choisie pour parfumer le gâteau de mariage de Meghan et du prince Harry. Au total, dix bouteilles de sirop ont été nécessaires pour réaliser ce sponge cake au citron et au sureau, que vous pouvez découvrir dans la photo postée par la famille royale. 
 


 

Sur le même sujet

Philippe Moreau : "Ça veut dire quand on est avec quelqu’un, on est passager de la vie de l’autre."

Les + Lus