Assises de Laon : 20 ans de prison pour le meurtre de Caroline Pirson

Gérald Descamps a été reconnu coupable du meurtre de Caroline Pirson, au terme de quatre jours d'un procès à la logistique inhabituelle, l'accusé et la plupart des témoins étant sourds ou malentendants.

La cour d'assises de Laon a rendu son verdict.
La cour d'assises de Laon a rendu son verdict. © Léa Broquerie / FTV
Retour en prison. Le Saint-Quentinois Gérald Descamps, 50 ans, est condamné à 20 ans de réclusion par la cour d’assises de Laon, pour le meurtre de Caroline Pirson. Il était incarcéré depuis près de quatre ans.

Ce mercredi matin, l'avocate générale avait requis 25 ans de réclusion avec une période de surêté de 10 ans et 5 ans de sursis.

16 coups dans la tête

Caroline Pirson a été tuée le 30 décembre 2016, à 47 ans, dans son appartement Rue Boileau à Saint-Quentin (Aisne), par 16 coups d’un objet piquant à la tête. C’est son père qui l’a découverte le lendemain matin.
 
Son compagnon avait été très rapidement innocenté, aux dépens de son amant, Gérald Descamps.

Pas de preuves formelles ?

Le téléphone portable de l’accusé avait borné dans le secteur le soir du drame. Son ADN avait été trouvé sur un plaid et la carte bancaire de la victime. A l’audience, un témoin l’a décrit comme "jaloux" et "profiteur".

Mais l’intéressé s’est dit innocent, affirmant qu’il était endormi chez lui le soir du meurtre, un peu ivre, après une journée passée dans un bar. Le dossier est "vide de preuves formelles et rempli de doutes", selon l'une de ses avocates Me Marion Beaurain, qui a plaidé l’acquittement.

Un rare dispositif d’interprètes

Prévu en mars et reporté à cause du confinement, le procès s’était ouvert jeudi dernier sans public et en la présence de quatre interprètes en langue des signes, qui se sont relayées toutes les dix minutes, chaque jour, à l’audience, la quasi-totalité des témoins étant également sourds.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société assises handicap