Coronavirus : dans l'Aisne, 867 amendes dressées depuis le début du confinement

Publié le Mis à jour le
Écrit par Eline Erzilbengoa
Les contrôles de police effectués en présence du préfet de l'Aisne à Laon mardi 17 mars
Les contrôles de police effectués en présence du préfet de l'Aisne à Laon mardi 17 mars © Eric Henry / FTV

Les contrôles se sont multipliés depuis la mise en place des mesures de confinements liées à l'épidémie de coronavirus. Depuis mardi 17 mars, gendarmes et policiers ont dressé 867 amendes dans le département de l'Aisne selon les derniers chiffres parus dimanche.

Depuis mardi 17 mars, il n'est désormais plus possible de circuler librement. Les mesures de confinements liées à l'épidémie de coronavirus imposent que chacun reste le plus possible chez soi. 

Si les déplacements sont indispensables, chaque personne doit être munie d'une attestation soit en version imprimée soit recopiée à la main. Cette attestation doit être renouvelée pour chaque déplacement. Pour ceux qui sont dans l'obligation d'aller travailler, un justificatif de déplacement professionnel rempli par l’employeur suffit.
 


254 personnes verbalisées en 24 heures

Dans le département de l'Aisne, depuis l'instauration du confinement mardi 17 mars, les gendarmes et policiers ont dressé 867 contraventions. 254 personnes ont été verbalisées sur la journée de dimanche 22 mars. Rappellons que désormais l'amende est de 135 euros pour ceux qui ne respecteraient pas les consignes. 
 
"L'engagement des forces de l'ordres n'a qu'un seul objectif : permettre de sortir le plus vite et le moins gravement de cette épidémie en cassant la propagation du coronavirus", indique le préfet de l'Aisne Ziad Khoury. 

Depuis samedi 21 mars, l’accès aux parcs, jardins, espaces forestiers, cheminements des berges de rivières, fleuves, lacs et plans d'eau artificiels, est interdit par arrêté préfectoral.
 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.