Flambée des prix des vignes : Foncière France Valley Champagne, une solution possible pour les vignes de l'Aisne

La Foncière France Valley Champagne est un outil qui a pour vocation d'acheter des vignes de l'appellation champagne pour ensuite les louer à des explotants viticoles. 
© France 3 Picardie
Plus d'un million d'euros l'hectare de vigne en moyenne: la flambée des prix du foncier viticole champenois, qui se poursuit, est à l'origine de la création de la Foncière France Valley Champagne, outil destiné à l'achat de terrains.

 

Un bail de 25 ans pour faciliter l'isntallation des jeunes vignerons


"Beaucoup de vignerons sont locataires de leurs vignes. Quand les propriétaires vendent, souvent à l'occasion d'une transmission dont ils ne peuvent pas assurer les frais de succession, les exploitants ne peuvent pas racheter les parcelles en raison de leur prix" explique à l'AFP Eric Potié, président de la Fédération des Coopératives Viticoles de la Champagne (FCVC), partenaire qui a dévoilé la naissance de cette nouvelle structure présentée comme une première en France.

France Valley Champagne entend donc acheter des vignes, avec une décote estimée entre 20 et 25%, puis les louer aux exploitants en établissant un bail de 25 ans. "Notre objectif est de lever entre 8 et 10 millions d'euros par an. La première vigne, de 1,1 hectare, sera achetée en juillet", souligne Eric Potié. "Il s'agit de consolider les exploitations existantes et de faciliter l'installation de jeunes vignerons", assure Eric Potié. Le but est aussi de permettre au plus grand nombre de personnes physiques d'acquérir des vignes de l'appellation, la part étant fixée à 1.000 euros. 

Un hectare de Champagne valait 76 000 euros en 1980, contre 1,1 million d’euros aujourd’hui (Source : Safer - mai 2018).  

S'appuyant sur la société de gestion France Valley, qui gère quelques 8.000 hectares de forêts françaises pour environ 4.500 clients, Foncière France Valley Champagne peut aussi compter sur l'implication du Syndicat Général des Vignerons (SGV) et de la Safer (Société d'aménagement foncier et d'établissement rural) du Grand Est. "Il n'y aura pas de cheval de Troie financier, type investissement chinois caché, parce que tout est contrôlé par la Safer" prévient Eric Potié. Il ajoute : "Des contacts sont déjà pris avec la Safer Hauts-de-France pour les parcelles plantées dans l'Aisne".
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
champagne