Joe Biden en visite officielle au cimetière du Bois Belleau : "l'Amérique est là quand on a besoin d'elle"

Joe Biden s'est rendu, dimanche 9 juin 2024, au cimetière américain du Bois Belleau (Aisne) où sont enterrés plus de 2000 soldats américains tombés pendant la Première Guerre mondiale. Une visite qui a eu lieu dans le cadre de sa visite d'État en France, au cours de laquelle il a assisté aux cérémonies du 80e anniversaire du Débarquement.

Joe Biden est arrivé en hélicoptère Marine One vers 15h30. En ce dimanche 9 juin 2024, le 46e président des États-Unis s'est rendu au cimetière américain du Bois Belleau, près de Château-Thierry (Aisne).

Ce cimetière, qui s'étend sur 21 ha, compte 2 289 sépultures. La plupart des soldats américains enterrés ici ont été tués lors de l'offensive Aisne-Marne (de mai à octobre 1918). 

Un pied de nez à Donald Trump

Le président, et candidat à sa propre réélection, était en visite d'État en France depuis mercredi pour assister notamment aux cérémonies du 80e anniversaire du Débarquement en Normandie. Joe Biden en a donc profité pour se rendre au mémorial en compagnie de son épouse et déposer une gerbe en hommage aux soldats américains tombés pendant la Première Guerre mondiale. Il est ainsi devenu le premier président américain en exercice à se rendre au mémorial de Bois Belleau.

Après un court moment de recueillement et un signe de croix, le démocrate a accordé un peu de temps aux questions des quelques journalistes présents à cette cérémonie privée. "Plus de Marines ont été tués ici que dans n'importe quelle autre bataille jusqu'au milieu de la Seconde Guerre mondiale. L'idée que je vienne en Normandie et que je ne fasse pas ce court voyage pour leur rendre hommage...", a déclaré le président de 81 ans sans terminer sa phrase.

L'idée que je vienne en Normandie et que je ne fasse pas ce court voyage pour leur rendre hommage...

Joe Biden, président des États-Unis

Une pique envoyée à son adversaire dans la course à la Maison-Blanche. En 2018, lors des cérémonies marquant le 100e anniversaire de la fin de la Grande Guerre, le président Donald Trump avait annulé sa visite au dernier moment, officiellement en raison du mauvais temps. 

Une fausse justification selon les révélations de The Atlantic en 2020. Selon le mensuel américain, le président aurait tenu des propos dédaigneux envers les soldats américains enterrés ici, les qualifiant de "perdants" et d'"idiots".

Interrogé pendant sa visite sur cette affaire et le message qu'il entendait envoyer aux électeurs américains en venant sur ce lieu mémoriel, Joe Biden a esquivé. "Vous avez une autre question ?", a-t-il demandé. En se rendant au Bois Belleau ce dimanche, Joe Biden semble tout de même avoir fait un joli pied de nez à Donald Trump.

"L'Amérique était là pour arrêter les Allemands"

En référence au Débarquement et à l'offensive Aisne-Marne, le Démocrate a ajouté : "C'est la même histoire : l'Amérique était présente. L'Amérique était là pour arrêter les Allemands. L'Amérique était là pour s'assurer qu'ils ne l'emportaient pas. L'Amérique est là quand on a besoin d'elle, tout comme nos alliés sont là pour nous", a souligné Joe Biden.

La visite de Joe Biden a duré une vingtaine de minutes et s'est déroulée en privé. Une petite déception pour le maire de Belleau, Emmanuel Leboulanger. "Oui, c'est une belle fierté, sauf qu'on n'est pas invités", regrette l'élu, avec le sourire. "Un petit regret pour la commune. Ça aurait été sympa de serrer la main de ce président."

Reparti aussi vite qu’il était arrivé, Joe Biden aura tout de même marqué l’histoire de Belleau, petit village de 130 habitants. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité