Le constructeur axonais Seissigma en liquidation : 420 maisons à l'arrêt et une centaine de salariés licenciés

durée de la vidéo : 00h01mn48s
Le constructeur Seissigma a obtenu sa liquidation judiciaire, autorisée par le tribunal de commerce de Soissons. ©Rémi Vivenot / FTV

Le tribunal de Soissons a placé en liquidation judiciaire le constructeur de pavillons Seissigma. Franchisée Maison Pierre depuis 2018, la société employait une centaine de personnes. De leur côté, les clients du pavillonneur s'inquiètent pour la livraison de leur maison. Les travaux étaient déjà au ralenti depuis plusieurs mois.

La société Seissigma menait 260 chantiers de pavillons dans l'Aisne, le Nord et la Marne, et enregistrait 160 nouveaux projets. Tout ça, c'était avant l'arrêt brutal de son activité.

Des chantiers à l'arrêt

Des maisons pour lesquelles les clients, comme Aurélie Mahu, ont déjà avancé des frais. Locataire depuis le début des travaux, elle a souscrit à un prêt relais le temps d'obtenir sa maison. Devant le chantier, près de Frières-Faillouël dans l'Aisne, elle s'interroge : "avoir un loyer et un crédit en plus c'est pas facile, on se demande quand même comment est-ce qu'on va faire quand il faudra rembourser le crédit en entier."

Un constat partagé par Pierre Mennessier. L'Axonais a signé avec l'entreprise Seissigma en mai dernier et depuis, les travaux de sa maison tournent au ralenti.

"Ils nous ont assuré au moment de la signature que l'on pouvait espérer avoir la maison un an plus tard. On a signé au mois de mai l'année dernière et au mois de mai cette année, on était loin de pouvoir réceptionner la maison et maintenant on espère tout simplement l'avoir un jour !" assène-t-il devant son futur pavillon. 

"Pas d'autre choix que de demander la liquidation" 

Jeudi 28 octobre, le tribunal de commerce de Soissons a décidé la mise en liquidation de la société Seissigma, sans poursuite d'activité. Une société créée par François Desreumaux en 2018 à Cuffies, près de Soissons, et sous contrat avec le constructeur Maisons Pierre.

Cette franchise est au cœur des difficultés que rencontrait Seissigma. "On n'avait pas d'autres choix que de demander la liquidation, affirme François Desreumaux. On avait des objectifs de 300 maisons à construire par an, mais je n'avais pas la capacité d'ouvrir les chantiers et d'émettre des garanties qui sont nécessaires et obligatoires à ce métier." Pour son avocat, Me Emmanuel Laverrière, "les demandes en matières de recette" du franchiseur auraient "étouffé" le constructeur.

L'avocat et son client sont désormais certains d'attaquer l'entreprise Maisons Pierre en justice et seraient soutenus par d'autres franchisés en difficulté. Dans un communiqué, le constructeur assure que ses garanties s'appliqueront bien aux clients de Seissigma. La société indique vouloir reprendre les chantiers au plus vite.