Coincy : portrait d'une magicienne du maquillage d'effets spéciaux

© Facebook
© Facebook

Stéphanie Kubel, une jeune Axonaise de 28 ans s'est lancée dans une activité artistique à vous faire frissonner. Depuis quelques mois, elle réalise des maquillages pour les films d'horreur et fantastiques. Avec talent, elle transforme les visages et les corps, âmes sensibles s'abstenir.

Par Halima Najibi

Stéphanie Kubel est arrivée dans le monde du maquillage et effets spéciaux pour les films d'horreur et fantastiques il y a quatre mois et pourtant, cette autodidacte est déjà très douée. Ses métamorphoses sont d'une réalité époustouflante.


Fiche signalétique :


Maman au joli minois de deux enfants 2 ans et 9 ans.
Profession : secrétaire à la mairie de Coincy.
Passion : le makeup SFX et les films d'horreur.
Maquilleuse autodidacte.
Elle a remporté deux concours cette année le premier organisé par le Manoir de Paris et le second à Soissons pour la sortie du film "Ça" .


Son portrait



C'est grâce aux films d'horreur que Stéphanie se passionne pour le maquillage SFX. "Ça a commencé toute petite, lorsque je regardais les films, j'étais fasciné et pour me rassurer mon père m'expliquer que c'était du maquillage et j'ai été époustouflée à chaque fois, je me disais comment, c'est possible. C'est décidé raconte Stéphanie quand je serais grande, je serais actrice ou je ferais mon propre film d'horreur. J'ai alors regardé tous les films d'horreur, la passion pour le maquillage est née par la suite. Ma collection a commencé avec un personnage de la série animée Batman Harley Quinn, mon fils de 9 ans s'est lui aussi pris au jeu et je me suis amusé à lui faire un maquillage du Jocker autre personnage de Batman." Mais Stéphanie ne s'arrête pas là, elle transforme son fils qui adore les super-héros en Superman et elle se métamorphose en Mystique."

"Je suis assez fofolle" dit-elle, d'une voix enjouée, Stéphanie se lance alors dans la réalisation de blessures, coupures spectaculaires, de brûlures ou encore d'infections sur la peau, ouverture de veines. "J'ai commencé à me faire des entailles, j'ai acheté du latex, de la peinture et au fil de mon imagination, j'en suis arrivée aux déchirures sur le corps". Stéphanie décortique les images sur Internet pour être au plus proche du réel. 


"Je ne me maquille jamais devant mon bébé de deux ans"



"Mon fils de 9 ans est mon premier fan, s'il me dit qu'un maquillage lui plaît, c'est que ce dernier est presque réussi. Mais lorsque il me dit maman, tu me fais peur, là, je sais que c'est parfait et que l'illusion marche. Les produits que l'on utilise pour les transformations peuvent être dangereux pour les yeux et pour la peau".

"Les produits un vrai budget"


La passion ne quitte pas Stéphanie, lorsque elle ne travaille pas, elle s'exerce, elle fait des maquillages complets, des blessures ou elle s'entraîne à une technique particulière. "Je n'ai pas les enfants cet après-midi alors j'en profite pour tenter des trucs. Mais cette passion est onéreuse, il faut acheter le latex, le faux sang, la palette de maquillage, les perruques, les costumes, les lentilles, les pots de peinture, le coton et bien d'autres produits. Mon rêve est de faire de ma passion un métier, si un jour, j'ai la chance d'être découverte, je saisis l'occasion tout de suite, mais je sais que je n'ai pas encore le niveau, je souhaite notamment réaliser des maquillages avec des prises d'empreintes en plâtre pour faire des sculptures, du modelage, et des moulages. Mon objectif, c'est la réalisation d'un loup-garou, c'est une technique très particulière, ça sera mon bébé. Le plus dur, c'est de réussir à cacher les raccords. Un ami m'a demandé de le transformer en diable".

"L'idéal est de faire une école de maquillage professionnel"


"Si je pouvais suivre une formation à Strasbourg ou en Belgique, je n'hésiterais pas à la faire, mais pour l'instant, c'est difficile, j'ai mon travail et les enfants. C'est aussi un rêve. Dans l'immédiat, j'espère être remarquée par des professionnels. Récemment, on m'a contacté pour un tournage, il s'agissait d'une campagne de sensibilisation pour les femmes battues, ça m'intéressait, mais malheureusement, je n'ai pas pu y aller. En attendant, j'alimente ma page Facebook avec mes réalisations". son prochain défi mettre en scène le petit chaperon rouge et le grand méchant loup.




Stéphanie dévoile ses secrets de maquillage publiés sur la page Facebook de Stéphanie alias Disickopate 

 

 

Sur le même sujet

Wattrelos : alors qu'ils portent secours à une jeune femme, les pompiers se font violemment agresser

Près de chez vous

Les + Lus