Après 25 ans, la ville de Saint-Quentin, pionnière des plages urbaines en France, abandonne le concept

Publié le
Écrit par Remi Vivenot

L'idée de plage urbaine lancée en 1995 à Saint-Quentin a connu un vif succès durant des années. Elle a fait école dans de nombreuses villes, mais après une interruption liée au Covid, la municipalité a décidé de passer à autre chose. Elle mise désormais sur un parc d'activités sur le thème du cirque.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Des tonnes de sable, des bassins, des jeux aquatiques, des palmiers et le cri des mouettes en diffusé par des haut-parleurs. Chaque été à Saint-Quentin, on ne faisait pas les choses à moitié. Il fallait un mois pour transformer les pavés de la place de l'hôtel de ville en véritable plage, la mer en moins.

Une idée de plage urbaine lancée pour la première fois en France en 1995 par la municipalité. Un concept porté par un certain Xavier Bertrand, alors adjoint au maire. Le succès dépasse aussitôt les attentes. À tel point que l'événement devient incontournable. Il est reconduit ainsi pendant plus de 25 ans.

Un succès inespéré

Bernard Delaire, conseiller municipal, déjà aux affaires à l'époque de la première édition, s'en souvient avec bonheur. "C'est sorti comme ça un soir. Nous n'étions pas sûrs du tout que ça marche, surtout qu'il pleuvait tout le temps. À l'époque, Xavier Bertrand était en charge de la redynamisation de la ville. On ne savait pas trop où on allait, ça ne s'était jamais fait et puis finalement ça s'est avéré être quelque chose de fabuleux. Les gens venaient, s'installaient, il y avait des bateaux, c'était extraordinaire". La recette est tellement réussie qu'elle est rapidement copiée par de nombreuses villes et même par Paris. "On avait mis les moyens, mais pas seulement, il y avait un enthousiasme pour ce projet-là", se remémore Bernard Delaire.

27 ans après, une page se tourne. Après deux années d'interruption liées au Covid, la municipalité a décidé de ne pas réinstaller la plage cet été. "Depuis la crise sanitaire, on a souhaité revoir un peu l'animation de la place de l'hôtel de ville. Ce n'est pas que la plage ne fonctionnait plus. C'était apprécié du public qui ne part pas en vacances, mais au bout d'un certain nombre d'années, cela devient récurrent, on ne la regarde plus de la même façon. Il fallait innover trouver un nouveau concept au bout de 25 ans", explique Eva d'Ostuni, responsable des événements et manifestations à la ville de Saint-Quentin.

Un "circus park" à la place

Difficile pour autant de laisser la Grand place sans animations. La municipalité a donc décidé d'implanter cet été un parc d'activités sur le thème du cirque. Petite grande roue, chaises volantes, trampolines, vélos fous seront en accès libre pour tous. "La réflexion était de se dire comment nous pouvions innover tous les ans. Le fait de proposer un parc d'activités avec une thématique, cela permet d'un point de vue esthétique d'apporter du nouveau visuellement, quelque chose où la population va être surprise", détaille Eva d'Ostuni

Pourtant l'abandon de la plage est évoqué avec nostalgie par certains Saint-Quentinois bien que beaucoup conviennent que le rendez-vous s'était étiolé ces dernières années. "C'est bien dommage pour les familles qui ne peuvent pas partir en vacances qui restent à Saint-Quentin. C'était une belle idée. C'était tellement bien, en plus on était la première ville", réagit Evelyne, une Saint-Quentinoise. "Il y avait une belle piscine, des toboggans, tout ce qu'il fallait pour s'y croire. C'était très vivant à l'époque. Cela profitait aux gens des quartiers qui vivaient le centre-ville d'une autre manière", estime Franck, un autre habitant

Il est vrai que l'événement faisait quelque part la fierté des habitants. "Le changement est toujours difficile, mais pourquoi pas tenter autre chose faire mieux sinon on pourrait faire ça pendant 100 ou 200 ans", rebondit la responsable des manifestations.

Aucun regret chez les commerçants

Les commerçants du centre-ville, eux ne semblent pas du tout regretter la plage urbaine. Hervé Halle, le vice-président des "Boutiques de Saint-Quentin", explique même que ces derniers étaient demandeurs de ce changement. "C'est vrai qu'on n'osait peut-être pas y toucher, mais aujourd'hui la plage a fait son temps. Il y avait déjà une paire d'années que les commerçants en avaient un peu marre de la plage. Non pas que c'était un mauvais concept, mais ça faisait quand même 25 ans. À force, c'est du redondant et à part les gens du Saint-Quentinois, ça ne ramenait pas tellement de gens de l'extérieur". Le commerçant plaide aujourd'hui pour des animations plus "qualitatives". "Cette nouvelle formule. On verra ce que ça va donner, mais les commerçants le vivent bien et en sont contents".

Pour la baignade, la municipalité compte désormais capitaliser sur sa plage de l'étang d'Isle d'une capacité de 1000 personnes. Elle vient de renouveler une partie de ses pédalos. Le site ouvre ses portes ce samedi tout comme le "Circus park" de la place de l'hôtel de ville.