Affaire Elisa Pilarski : la juge d’instruction et les témoins sur les lieux du drame dans l’Aisne

Depuis la mi-journée, le chemin d'accès à la forêt de Retz, à Saint-Pierre-Aigle, est bouclé par les gendarmes / © Rémi Vivenot / FTV
Depuis la mi-journée, le chemin d'accès à la forêt de Retz, à Saint-Pierre-Aigle, est bouclé par les gendarmes / © Rémi Vivenot / FTV

Opération d’envergure pendant près de 5 heures ce mercredi après-midi en forêt de Retz, dans l’Aisne. La juge d’instruction s'est rendue sur les lieux du drame, à Saint-Pierre-Aigle, accompagnée des principaux témoins et de leurs avocats. 

Par Pierre-André Delbecq

Pendant près de cinq heures, tout le périmètre a été bouclé par les gendarmes. Impossible d’accéder au petit chemin forestier de Saint-Pierre-Aigle où a été découvert en novembre dernier le corps sans vie d’Elisa Pilarski, dévorée par un ou plusieurs chiens.
 
 

Le compagnon d'Elisa de retour sur les lieux

Pour tenter de faire avancer l’enquête, la juge d’instruction a décidé de se rendre sur place accompagnée des deux principaux témoins, Christophe Ellul, le compagnon de la victime, et Sébastien Van den Berghe, le maître d’équipage du « Rallye La Passion » qui organisait une chasse à courre en forêt de Retz ce jour-là.
 

Les deux hommes avaient pour le moment été auditionnés séparément par la juge d’instruction dans le cadre de l’information judiciaire ouverte contre X pour « homicide involontaire par maladresse, imprudence, inattention, négligence ou manquement à une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement résultant de l'agression commise par des chiens.»

Ce mercredi après-midi, les deux hommes, dont les déclarations divergent quant au déroulement précis des faits, ont donc été confrontés à l'endroit-même où ils se sont croisés le samedi 16 novembre, en début d'après-midi. 
 
Des gendarmes barrent l'accès au chemin forestier qui mène aux lieux du drame à Saint-Pierre-Aigle / © Rémi Vivenot / FTV
Des gendarmes barrent l'accès au chemin forestier qui mène aux lieux du drame à Saint-Pierre-Aigle / © Rémi Vivenot / FTV

En se transportant ainsi sur les lieux du drame, la juge d'instruction avait pour but de déterminer de la façon la plus précise possible la chronologie des événements et de lever les différentes zones d'ombre qui persistent dans ce dossier, alors que sont toujours attendus les résultats des analyses ADN effectués sur le corps de la victime et sur les 67 chiens mis en cause (les 5 chiens de la victime et les 62 ayant participé à la chasse à courre).

Ces analyses ADN sont censées éclairer l’enquête sur le ou les chiens à l’origine de la mort d’Elisa Pilarski.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus