Lancement de la “Police de sécurité du quotidien” : les forces de l'ordre ont leur mot à dire

Dans la mise en place de cette police de sécurité du quotidien, les forces de l'ordre ont leur mot à dire / © Norbert FALCO/PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP
Dans la mise en place de cette police de sécurité du quotidien, les forces de l'ordre ont leur mot à dire / © Norbert FALCO/PHOTOPQR/LE DAUPHINE/MAXPPP

C'est l'un des grands chantiers sécuritaires promis par Emmanuel Macron durant la campagne de l'élection présidentielle : la PSQ, police de sécurité du quotidien. Pour sa mise en place, une concertation des forces de l'ordre est organisée au plan local.

Par Célia Mascre

À Soissons, c'est avec un premier rendez vous consacré au materiel que s'ouvre la concertation. Chaque policier ou gendarme peut donner son avis sur la future police de securité du quotidien. Objectif, moderniser la police mais aussi et surtout recréer du lien avec la population pour une meilleure efficacité. 

Police de proximité bis ?


Gérard Collomb a bien précisé que la PSQ ne sera pas un retour de la police de proximité. "Cette police sur le terrain aura pour mission de lutter, par des réponses différenciées, à la montée de la violence qui touche nos villes et nos quartiers, contre les incivilités et contre ce qui perturbe la vie quotidienne", a-t-il déclaré. En revanche, c'est à partir du bilan de la police de proximité que se construit cette PSQ. "On a tiré les enseignements de cette police de proximité avec des choses positives mais aussi d'autres qui méritaient d'être revues", explique Nicolas Basselier, prefet de l'Aisne. 

Et après ?


Évidemment, ces mesures ont un coût. La direction de la sécurité publique a annoncé que les moyens alloués en 2018 dans le département de l'Aisne ne baisseront pas. Pour les syndicats, il faudra faire davantage en terme de personnel mais aussi d'organisation pour rendre les policiers plus disponibles. 

Pour le ministre de l'Intérieur, cette "police sur mesure" permettra "davantage de coopération avec les élus, la justice, la police municipale, les associations, les sécurités privées ou encore les services sociaux". Et justement, bailleurs sociaux, élus et societés de transport en commun auront également leur mot a dire dans ce tour d'horizon qui doit s'achever au début du mois de décembre.

Concertation des forces de l'ordre à Soissons pour la nouvelle police de sécurité du quotidien
Reportage signé Eric Henry et Juliette Dubois ; avec Nicolas Basselier, préfet de l'Aisne ; Commissaire Romain Garric, chef de la circonscription de police de Soissons ; Stéphane Morain, secrétaire départemental 02 syndicat SGP-unité Police ;


A lire aussi

Sur le même sujet

Bouzincourt (80): inhumation des corps de deux soldats britanniques

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne