Troc de graines, astuces de jardinage et ateliers autour de la nature : une grainothèque ouvre à la médiathèque de Tergnier

Des graines en accès libre, des événements, ateliers et expositions autour des plantes : la médiathèque de Tergnier se met au vert pour créer du lien et inviter de nouveaux publics à franchir ses portes.

Vendredi 10 mai, la médiathèque L'Oiseau "Lire" de Tergnier inaugure un nouveau service : une "grainothèque", c'est-à-dire une collection de graines où les jardiniers peuvent se servir et partager leurs propres productions.  

Tout part d'une idée de Christel Verchère, agent de bibliothèque intéressée par l'alimentation et le lien avec la nature. Elle parle du projet à Carole Bacot, directrice de la médiathèque, qui décide de se lancer dans l'aventure : un an plus tard, cet espace dédié à la nature voit le jour dans la médiathèque. 

"En tant que directrice, je veux faire partager, transmettre aussi bien à travers le livre que les personnes, car il y a du savoir dans la mémoire des gens et les médiathèques sont le lieu pour diffuser cette connaissance, souligne Carole Bacot. Les gens sont porteurs de savoirs, c'est cette richesse que l'on peut oublier et que l'on doit mettre en valeur."

Cultiver autrement 

La petite équipe de la médiathèque s'est activée pour trouver des graines auprès de particuliers de Tergnier. Une charte encadre leur usage : tout le monde peut s'y servir, pas besoin d'être inscrit à la médiathèque. Le principe est d'apporter ses propres graines en échange ou de se servir avec parcimonie. 

Des ateliers seront organisés pour apprendre à récolter, sécher et conditionner ses graines dans les règles de l'art. Les fleurs, aromates, fruits et légumes sont la bienvenue, les espèces locales sont à favoriser. Seules les semences hybrides (non reproductibles, souvent achetées dans le commerce) y sont interdites. Des enveloppes de papier sont proposées à l'accueil de la médiathèque pour celles et ceux qui n'auraient pas le matériel pour conditionner leurs graines. 

L’idée, c’est de passer par l’humain avant de passer par le livre.

Carole Bacot

Directrice de la médiathèque L'oiseau "Lire"

"Il y aura des ateliers de fabrication de petits sachets, on peut toucher toutes les générations, le faire avec les enfants, se projette Carole Bacot. Des gens sont venus de leur plein gré nous donner de petits sachets pour les graines, c'est vraiment quelque chose qui est dans l'air du temps." Du jardinier expert au simple propriétaire d'un pot de fleur, les habitants de tous âges et trajectoires sont invités à participer. 

Une façon aussi de permettre à de nouveaux publics de franchir les portes de la médiathèque. "L'idée, c'est de passer par l'humain avant de passer par le livre, il faut y aller doucement. Le livre est encore tellement associé à l'école et à l'échec pour certains, que c'est par ce biais qu’on peut reconnecter les gens à la lecture" espère la directrice. 

Une programmation nature 

L'inauguration de cette grainothèque se déroule en parallèle du vernissage d'une exposition, "Jardins ouvriers, jardin de demain", de l'artiste Raphaèle Bernard-Bacot. Avec du dessin et des photos d'archives, elle retrace l'histoire de cette tradition venue du nord. Ce n'est que la première étape d'une série d'événements consacrés à l'alimentation et au jardin. 

"Le but, ce n'est pas que de mettre des graines, mais aussi tout ce qui peut graviter autour : des trocs d'outils et d'astuces, des livres, des ateliers...On travaille avec un partenaire, Hortibat, c'est un chantier d’insertion autour du maraîchage et du paysagisme, ils vont donner des conseils et amener ce public à la médiathèque, se réjouit Carole Bacot. On a encore plein d’idées, des ventes de légumes, de fleurs, c’est le point de départ de plein de projets !"

Chaque saison apportera donc son lot d'initiatives. Première étape, ce mercredi 15 mai : à partir de 10 heures, des ateliers croquis animeront la médiathèque, avec des moments adaptés aux enfants. À 14 h 30, Raphaèle Bernard-Bacot donnera une conférence sur l'histoire des jardins ouvriers qui ont inspiré ses œuvres. L'exposition est à découvrir jusqu'au 31 mai. Ce printemps fera peut-être germer de délicieux échanges du côté de Tergnier.