Usine de Lu-Mondelēz à Jussy (02) : malgré les déclarations de la direction, une intersyndicale craint pour l'emploi

L'usine de Lu-Mondelēz, à Jussy dans l'Aisne, a dû arrêter sa production après un incendie qui a détruit une partie de sa chaîne. Si la direction a évoqué vendredi la perspective d'une reprise l'an prochain, une intersyndicale continue de nourrir des inquiétudes, notamment sur une délocalisation.

Rassemblement devant l'usine Mondelez de Jussy, le 6 octobre 2020.
Rassemblement devant l'usine Mondelez de Jussy, le 6 octobre 2020. © FTV / A. Wust
Arrêt forcé. Le 3 septembre, en début de soirée, un incendie se déclarait au sein de l'usine de Mondelēz de Jussy et se propageait sur 10.000m2 de bâtiment, entraînant la destruction d'unités de production de biscuits. Depuis, les 140 salariés du site et une cinquantaine d'intérimaires ont dû arrêter leur activité. C'est parce qu'ils s'interrogent sur leur avenir qu'une intersyndicale CGT-FO organisait une prise de parole, ce mardi 6 octobre, sur le site. 

Reprise de la production en 2021 ?


Vendredi, la direction anticipait l'événement en communiquant sur la reprise de production du Napolitain, gâteau de marque LU, "envisagée" d'ici le début de l'année prochaine. "Mondelēz International continue de soutenir les salariés avec une cellule psychologique dédiée, développe-t-elle, mise en place immédiatement après l’incendie, le maintien à 100% des salaires fixes et des rémunérations variables, et un dialogue régulier avec les collaborateurs pour les tenir informés de l’évolution de la situation."
 
Mais pour les syndicats, le doute persiste. "C’est sous réserve des résultats d’expertise des bâtiments, qu’on n’a toujours pas, souligne Guillaume Pruvost, délégué syndical central CGT et élu CSE. On tarde toujours à les avoir. On n'a aucune réponse sur la stabilité des structures. On ne sait pas si l’usine va être viable à long terme. Pour l’instant, nous, on n'a aucune garantie sur le maintien de nos emplois."

La crainte d'une délocalisation


D'autant qu'une partie de la production a été transférée vers le site de Besançon (Doubs) depuis deux semaines, afin d'"assurer la pérennité des marques produites à Jussy en continuant à servir ses clients", assure la direction. "D’autres solutions temporaires de production ont également été identifiées avec un prestataire en Italie et une usine Mondelēz International au Maroc", ajoute-t-elle.
 

C’est provisoire, sauf qu’au Maroc, ils ne sont pas prêts à faire du Napolitain. Ils ont toute une logistique à refaire. Ce qui fait qu’ils vont remettre de l’argent. S’ils font ça, est-ce que le Napolitain va revenir à Jussy ?

Jérôme Gruhs, délégué syndical FO

A Jussy, l'usine est l'héritage d'une histoire centenaire. Ce mardi, parmi les gens rassemblés se trouvaient donc des habitants venus en signe d'adhésion. "On a travaillé 43 ans là-dedans, narre une ancienne salariée. Alors c’est normal de les soutenir." "Je travaille aussi pour la commune, abonde une autre. On était fier. C’est une usine qui est très vieille. Il y a beaucoup de gens de ma famille qui ont travaillé ici." Voir la recette du Napolitain s'exporter par le biais d'un groupe américain est un motif de crainte. En plus du dialogue avec la direction, l'intersyndicale compte demander une table ronde avec les élus locaux. 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi manifestation social