Allocation de rentrée scolaire : un député du Pas-de-Calais propose la fin du versement direct sur les comptes bancaires

Le député du Pas-de-Calais, Pierre-Henri Dumont, soutenu par une quarantaine de parlementaires, propose de changer le mode de versement de l'allocation de rentrée scolaire. Cela impacterait près de 350 000 familles dans les Hauts-de-France. 

L'allocation de rentrée scolaire "versée directement sur le compte des bénéficiaires, n'offre aucune garantie d'utilisation pour le seul bien-être des enfants scolarisés", avance le député du Pas-de-Calais et secrétaire général adjoint des Républicains (LR), Pierre-Henri Dumont. 

Cette année, l'allocation de rentrée scolaire (ARS) a été revalorisée de 100 euros du fait de l'épidémie de Covid-19. Elle s'élève à 469 euros pour un enfant de 6 à 10 ans et va jusqu'à 503 euros pour un adolescent âgé entre 15 et 18 ans. 

Les familles qui en bénéficient sont celles ayant au moins un enfant scolarisé, âgé de 6 à 18 ans et qui respectent certaines conditions de ressource

Bons d'achat, gestion de 50 % de l'ARS par la commune, ...

Le député du Pas-de-Calais propose de :
  • "redéployer 50 % des fonds de l'ARS vers les communes pour qu'elles constituent des trousseaux de fournitures scolaires." Selon Pierre-Henri Dumont, cette mesure permettrait de "faire des économies à la collectivité" par des achats en grande quantité, de "fournir plus de matériel aux enfants" et de "flécher les achats vers des commerces locaux."
  • "transformer les 50 % de l'ARS non déployés en un système de bons d'achats donnés aux familles valables uniquement pour des achats directement liés à la scolarité de l'enfant" tels que des vêtements ou fournitures particulières. 
  • "conditionner l'octroi de cette ARS à la fourniture d'un certificat d'inscription scolaire pour les enfants de 16 à 18 ans" car, jusqu'à présent, "seule une déclaration sur l'honneur est demandée."