Attaque de deux policières à Charleroi : deux personnes remises en liberté

Deux des quatre personnes interpellées interpellées dans le cadre de l'attaque à la machette contre les policières belges le 8 août ont été remises en liberté mardi. Les deux personnes restantes, un couple dont ils sont des connaissances, ont vu leur détention provisoire prolongée d'un mois.

La zone entourant le commissariat de Charleroi bouclée par la police le 8 août dernier, juste après l'attaque.
La zone entourant le commissariat de Charleroi bouclée par la police le 8 août dernier, juste après l'attaque. © VIRGINIE LEFOUR / BELGA / AFP
La justice belge a remis en liberté mardi 20 décembre deux des quatre personnes inculpées pour leur complicité présumée avec l'auteur d'une attaque à la machette le 6 août contre deux policières en août à Charleroi, dans le sud de la Belgique, a indiqué mercredi le parquet fédéral belge, compétent pour les affaires de terrorisme.

Il s'agit d'Abdellatif E.A. et Farid L. qui ont été "libérés sans condition", a précisé le parquet dans un communiqué.

Deux détentions prolongées d'un mois


En revanche, la détention préventive de Sabrina Z, 36 ans et son compagnon Reski A, 43 ans a été prolongée "pour une période d'un mois" par la juridiction d'instruction qui examinait mardi les quatre cas, a-t-il ajouté. 

Son auteur était un Algérien de 33 ans, nommé Khaled Babouri selon la presse belge. Il avait été abattu par une troisième policière et avait succombé à ses blessures un peu plus tard à l'hôpital. Cette attaque avait été revendiquée par l'Etat islamique.

Une vague d'interpellations


L'enquête sur ses éventuelles complicités s'était accélérée le 30 novembre, avec une vague de perquisitions et d'interpellations à Charleroi et dans plusieurs autres localités de Wallonie.

Quatre personnes au total avaient été inculpées dans les jours suivants, soupçonnées d'avoir aidé matériellement l'auteur de l'attaque, en lui fournissant notamment la machette, ou d'avoir contribué à sa radicalisation.

Arrêté dans un deuxième temps, le 3 décembre, il avait comme elle été inculpé pour "participation aux activités d'un groupe terroriste" et "tentative d'assassinat dans un contexte terroriste".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
terrorisme faits divers belgique international