• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Attentat de Charlie Hebdo : un an après, les hommages se mutiplient dans le Nord et dans le Pas-de-Calais

Des ballons porteurs d'un message de paix / © france 3
Des ballons porteurs d'un message de paix / © france 3

Il y a un an  jour pour jour, la France saisie d'effroi découvrait l'attentat de Charlie Hebdo .Toute cette semaine les hommages se sont multipliés . Aujourd'hui  les élèves du lycée Hélène Boucher de Somain  ont organisé un lâcher de ballons de baudruche , porteurs d'un message de paix .

Par @France3nord

" Laisse ton sourire changer le monde mais ne laisse pas le monde changer ton sourire" : c'est avec ce message que les lycéens de Somain ont souhaité commémorer à leur manière l'anniversaire de l'attentat commis contre Charlie Hebdo
Cet après-midi, ils ont lâché dans le ciel des centaines de ballons de baudruche . " L'idée,  explique Loîc est de faire le monde à notre image. Nous devons défendre chacune de nos valeurs et ne pas laisser les gens décider pour nous".


Il y a un an, le choc  et la mobilisation

A peine quelques heures après la tuerie se tenaient les premiers rassemblements . Une foule compacte d'anonymes avait rendu hommage aux victimes ce mercredi 7 janvier à Arras, à Boulogne sur mer ou à Lille. Dans un silence respectueux.
Janvier 2015, les hommages après l'attentat contre Charlie Hebdo

L'attentat de Charlie Hebdo et ses 12 victimes ont suscité une vague de réactions  dans toute la région. Le 8 janvier, jour de deuil national, les minutes de silence se sont multipliées comme dans les écoles où les enfants marqués ont cherché à comprendre le drame avec leur mots à eux .
Minute de silence aussi dans les universités, les musées,  les administrations et le lendemain soir  dans l'enceinte du stade Pierre Mauroy.
Une mobilisation qui culminera trois jours après l'attentat, à la veille de la grande marche parisienne, avec une marée humaine dans les rues de Lille, la foule alternant silence et applaudissements. 
"Le silence, c'est le signe du recueillement par respect par rapport aux victimes . Les applaudissements, c'est pour dire que nous sommes là et que la vie continue" expliquait alors un participant à cette marche . 
Le samedi 10 janvier, 40 000 personnes de toute la région s'étaient donné rendez-vous.

Sur le même sujet

Astrid : "Faut arrêter, Mozart c'est pas non plus Chicago !"

Les + Lus