Automobile : des élus des Hauts-de-France demandent le bonus écologique pour les véhicules hybrides non rechargeables

Des élus des Hauts-de-France, dont le président de la région Xavier Bertrand (ex-LR), ont demandé vendredi 29 mai à Emmanuel Macron d'instaurer le bonus écologique pour les véhicules hybrides non rechargeables, regrettant un "oubli" après les mesures annoncées
cette semaine.
"Plusieurs mesures allant dans le bon sens ont été annoncées" mardi lors du déplacement présidentiel à Etaples mais "nous souhaitons vous alerter sur l'absence de disposition concernant les véhicules hybrides non rechargeables". Ce sont les mots Xavier Bertrand, des sénatrices du Nord Valérie Létard (UDI) et Michelle Gréaume (CRCE, à majorité communiste) et des députés du Nord Fabien Roussel (PCF) et Béatrice Descamps (UDI) dans une lettre adressée vendredi au président de la république. 

Ils évoquent notamment le cas de l'usine Toyota d'Onnaing (Nord), où est construite le modèle Yaris, hybride non rechargeable "qui fait la notoriété du groupe". 
 
"La mise en place du bonus écologique pour les véhicules hybrides non rechargeables (...) serait créatrice d'emplois pour les constructeurs qui souhaiteront relocaliser leur production en France", peut-on également lire dans ce courrier transmis à l'AFP et également signé par le président de Valenciennes Métropole Laurent Degallaix et le maire d'Onnaing, Xavier Jouanin.

Mardi 26 mai, le patron de l'usine Toyota d'Onnaing Luciano Biondo confiait à nos confrères de La Voix du Nord regretter que "la Yaris, la plus française des voitures ne soit pas dans ce panel" éligible au bonus écologique. 


Un bonus pour les voitures hybrides rechargeables seulement


Lors de sa visite mardi, Emmanuel Macron a annoncé un vaste plan de soutien à l'industrie automobile, durement touchée par la crise du coronavirus, dont la création d'un bonus écologique pour l'achat d'un véhicule hybride (essence-électrique) rechargeable.
 
Son montant est fixé à 2 000 euros, à condition que le véhicule présente une autonomie suffisante et avec l'engagement du constructeur de promouvoir l'usage électrique lors de la vente.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
région hauts-de-france politique écologie environnement automobile économie