En Belgique, Carrefour s’apprête à supprimer plus de 1.200 emplois

L'enseigne française envisage de supprimer plus de 10% de ses effectifs en Belgique.

© JOHN THYS / AFP
La filiale belge du géant français de la distribution Carrefour a annoncé ce jeudi 25 janvier un projet de plus de 1.200 suppressions d'emplois, soit plus de 10% de ses effectifs en Belgique, dans le cadre d'un plan d'économies affectant le groupe au niveau mondial.

Ce plan social "est indispensable pour réduire les coûts et investir fortement dans les secteurs d'avenir créateurs de valeur", a justifié Carrefour Belgique dans un communiqué, citant "le digital, les services, le bio, le frais et les marques propres Carrefour".

1200 postes sur 11500


Mardi le groupe français avait déjà annoncé la suppression de 2.400 postes en France, via un plan de départs volontaires.

En Belgique, où Carrefour emploie 11.500 personnes (siège bruxellois et magasins), "la concurrence se diversifie et s'intensifie" dans la grande distribution, assure la filiale. "Les consommateurs belges modifient leur comportement d'achat en se tournant davantage vers les sites de commerce en ligne - principalement étrangers. En 2017, les Belges ont également moins consommé".

Le plan de transformation pourrait affecter "au maximum 1.233 personnes dont 1.053 au sein des hypermarchés et 180 au sein du siège".

Deux fermetures d'hypermarchés


Le groupe va fermer deux hypermarchés (à Angleur dans la banlieue de Liège et à Genk), en restructurer une quarantaine en augmentant leurs horaires d'ouverture notamment, ouvrir 30 nouveaux établissements de plus petite surface et 70 nouveaux points de retraits pour les commandes passées sur internet.

La direction de Carrefour Belgique a tenu à souligner sa "ferme volonté de limiter autant que possible les conséquences sociales en envisageant toutes les mesures alternatives ou d'accompagnement, en concertation avec les partenaires sociaux".

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
belgique international économie emploi