Belgique : une trentaine d'armes à feu saisies, suite à l'interpellation de deux Français à un péage nordiste

Publié le
Écrit par AFP

L'interpellation avait eu lieu le 5 octobre, dans le Nord. Le parquet d'Anvers a annoncé deux autres interpellations, de deux ressortissants néerlandais cette fois.

Une trentaine d'armes à feu dont 21 fusils de type Kalachnikov ont été saisies par la police belge lors d'une enquête déclenchée par une double arrestation à un péage dans le Nord de la France, a annoncé mardi le parquet d'Anvers.



Lors de cette interpellation, le 5 octobre, deux Français ont été trouvés en possession d'un sac de sport contentant "quatre kalachnikovs, une arme à feu, quatre chargeurs et 250 cartouches", précise un communiqué.

 

Une enquête a été ouverte en France, dans laquelle est rapidement apparu "un lien évident" avec la Belgique et la criminalité qui sévit notamment dans la région d'Anvers.

Formules chimiques sur des documents

Trois perquisitions menées à Ravels et dans le quartier anversois de Borgerhout ont permis à des enquêteurs belges de découvrir un arsenal impressionnant.



En plus de la trentaine d'armes à feu, avec une quinzaine de chargeurs, notamment de Kalachnikov, la police fédérale a mis la main sur des "documents avec des formules chimiques et des numéros de conteneurs", de la cocaïne et près de 150.000 euros en espèces, indique encore le parquet.



En outre, une femme de 38 ans et un homme de 42 ans, tous deux de nationalité néerlandaise, ont été interpellés dans cette enquête ouverte pour "association de malfaiteurs, violation de la loi sur les armes et la drogue et blanchiment d'argent".



Il y a trois semaines le chef du parquet fédéral belge Frédéric Van Leeuw avait tiré la sonnette d'alarme sur l'importance de la criminalité liée au trafic de cocaïne via le port d'Anvers, principale porte d'entrée en Europe pour cette drogue.



 
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité