Brexit : Boris Johnson appelle à la tenue d'élections législatives anticipées le 12 décembre

Le Premier ministre espère ainsi pouvoir sortir le processus de l'impasse, alors que la demande de report de la date de sortie du Royaume-Uni, initialement prévue le 21 octobre, est en cours de discussion à Bruxelles.
Boris Johnson quittant le 10, Downing Street, le 24 octobre 2019.
Boris Johnson quittant le 10, Downing Street, le 24 octobre 2019. © Adrian DENNIS / AFP
Le Premier ministre britannique a annoncé ce jeudi 24 octobre son souhait de voir des élections législatives anticipées se tenir le 12 décembre afin de trouver une solution à l’enlisement du processus de Brexit. Un accord a été trouvé avec l’Union européenne mais, si son principe a été approuvé par le Parlement, il a rejeté le calendrier de son examen.
 
Si ce dernier « veut plus de temps pour étudier » le texte, les députés « peuvent l’avoir mais ils doivent approuver des élections législatives le 12 décembre », a déclaré Boris Johnson dans un entretien avec la BBC.
 
En réaction, le leader de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, a répété son soutien à l’organisation de telles élections à la condition que le risque de « no deal » soit écarté, c’est-à-dire quand l’Union européenne aura rendu une décision concernant un report de la date de sortie du Royaume-Uni. Après avoir été décalée déjà deux fois, celle-ci est aujourd’hui fixée au 31 octobre. Bien qu’opposé à un nouveau délai, Boris Johnson a été contraint légalement de demander à Bruxelles de repousser la date butoir de trois mois.
 
Mercredi, les 27 Etats membres se sont accordés sur le principe d’un tel report, mais sa durée fait encore débat. Certains pays, comme l’Irlande, soutiennent le choix du 31 janvier. D’autres, parmi lesquels la France, exigent qu’il ne soit que de quelques jours.
 
Les ambassadeurs des pays de l’Union européenne doivent de nouveau se réunir ce vendredi. Une réponse le jour-même n’est pas assurée et la question pourrait n’être tranchée que lundi. Si les désaccords persistent, Bruxelles n’écarte pas la tenue d’un nouveau sommet la semaine prochaine, bien que le scénario privilégié soit celui d’une décision écrite.
 
La tenue d’élections anticipées peut permettre à Boris Johnson de recouvrir une majorité absolue. Le Premier ministre conservateur l’a perdue au fil des semaines, avec l’exclusion d’une vingtaine d’élus parlementaires qui ont voté contre lui et la désolidarisation d’un parti unioniste, DUP. Le ministre britannique chargé des Relations avec le Parlement, Jacob Rees-Mogg, a annoncé aux députés qu'ils pourraient se prononcer lundi sur l’organisation de ce scrutin.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international