Brexit : enquête sur des actes de sabotage ferroviaire au Royaume-Uni

La police britannique a annoncé ce mardi enquêter sur "deux actes de malveillance" visant le réseau ferroviaire découverts le mois dernier, paraissant liés au Brexit.
 
La gare de King's Cross à Londres (image d'illustration).
La gare de King's Cross à Londres (image d'illustration). © MaxPPP
"Il s'agit de tentatives graves et délibérées pour saboter et provoquer des perturbations sur le réseau ferré britannique", a déclaré Sean O'Callaghan, de la police des Transports, dans un communiqué. "Notre première évaluation nous conduit à penser que c'est lié à la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne", a-t-il ajouté, sans plus de précisions.

Des employés du rail ont découvert "des dispositifs sur les rails destinés à perturber le service ferroviaire", a indiqué la police des transports, sans donner de détails sur la nature de ces dispositifs retrouvés dans le centre de l'Angleterre, à Yaxley, dans le Cambridgeshire le 21 mars, et à Netherfield, dans le Nottinghamshire, le 27 mars. "Ces actes étaient destinés à retarder le service et non à endommager les infrastructures", a cependant ajouté M. O'Callaghan.

Samedi, un homme avait été arrêté après avoir passé la nuit sur le toit de la gare de St Pancras à Londres, muni d'un drapeau anglais, entraînant une suspension du trafic des trains Eurostar.
 
Cet incident avait débuté à la fin d'une journée qui a vu des milliers de manifestants pro-Brexit se rassembler à Londres, le jour où le Royaume-Uni était censé quitter l'Union européenne.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
brexit international royaume-uni faits divers transports en commun économie transports eurostar