Calais : cinq hôteliers soupçonnés d'appartenir à un réseau de passeurs albanais

Cinq responsables d'hôtels, soupçonnés d'appartenir à un réseau albanais de passeurs de migrants, ont été interpellées mardi matin lors d'un coup de filet policier dans le centre de Calais,.

Ce mardi matin, vers 6h, plusieurs policiers de la Police Aux Frontières (PAF) et notamment de la brigade mobile de recherches ont organisé une descente dans des hôtels calaisiens dont le Citadel, le Pacifique et le Bel Azur. 

L'enquête, sous la responsabilité du Parquet de Boulogne-sur-mer, est en lien avec un réseau de passeurs d'origine albanaise. "C'est l'abotuissement d'une enquête de plusieurs semaines", explique le Procureur de Boulogne-sur-mer, Pascal Marconville, confirmant les informations de Radio 6. "Ce réseau de passeurs faisait voyager clandestinement des citoyens albanais. Ils les regroupaient dans ces 4 hôtels avant de les envoyer en Angleterre.5 individus ont été interpellés. Les personnes interpellées sont les gérants ou co-gérants des établissements concernés,
selon une source judiciaire. Elles ont été placées en garde à vue à Coquelles (Pas-de-Calais).

Hôteliers-hébergeurs-passeurs ?

"Ces hôtels n'étaient pas tenus par des Albanais, mais par des personnes qui manifestement, et selon les premières investigations, hébergeaient en accord avec ce réseau de passeurs des gens de nationalité albanaise, dans le but de les faire passer clandestinement en Grande-Bretagne", a ajouté M. Marconville.

Cette filière offrait un "passage garanti" uniquement à des membres de la communauté albanaise, avec un tarif fixé entre 5.000 et 10.000 euros selon la façon de traverser la Manche, leur permettant de transiter par ces hôtels et non par des camps, comme l'ex-Jungle de Calais, qui était située en périphérie de la cité portuaire.








L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité