• MÉTÉO
  • VOS RENDEZ-VOUS
  • SPORT
  • DÉCOUVERTE
  • FAITS DIVERS
  • POLITIQUE

Campagne contre le sida en Picardie : l'Inpes incite au dépistage

Campagne prévention sida, hall de l'hôpital d'Amiens / © France 3 Picardie
Campagne prévention sida, hall de l'hôpital d'Amiens / © France 3 Picardie

En France, 150.000 personnes sont porteuses du virus du sida (VIH). Pour faire baisser ce nombre, l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé, l'Inpes, a lancé lundi une nouvelle campagne en faveur du dépistage.

Par Halima Najibi

Ce mardi 1er décembre se tient la 27e journée mondiale de lutte contre le sida. 150.000 personnes vivent toujours avec le virus, alors que 30 000 ne le savent pas en France. Dépistage et protection sont plus que jamais d'actualité.

Le dépistage une nécessité 

Après avoir fait la promotion du préservatif en 2013 et 2014, l’Inpes et le ministère chargé de la santé ont choisi pour la Journée mondiale de lutte contre le sida 2015, de mettre en avant le sujet du dépistage du VIH et des autres infections sexuellement transmissibles.
Un test de dépistage du VIH, le virus du sida, peut se faire après une certaine période qui suit une prise de risque. On peut aussi faire le test régulièrement pour savoir où l'on en est. Il existe plusieurs techniques (tests classiques par prise de sang, test rapide avec résultats en quelques minutes). Plus on est dépisté tôt, mieux c'est. 

La Picardie n'est pas parmi les régions les plus touchées par le sida, 1200 personnes vivent avec le virus et entre 200 et 300 personnes qui s'ignorent. En revanche elle est très mal placée pour les maladies sexuellement transmissibles, avec 15 cas déclarés en 2015. Reportage ce matin à l'hôpital d'Amiens.    

La Journée mondiale contre le Sida en Picardie
Avec Anne-Sophie Fresse, médecin coordinatrice centre de dépistage des MST et Professeur Jean-Luc Schmit, chef du service des maladies infectieuses CHU d'Amiens/Reportage de Jean-Pierre Rey et Jérôme Arrignon


Le dépistage comment ça marche ?

Quand faire le test de dépistage du VIH ?
Si moins de 48h se sont écoulées depuis la prise de risque (rupture de préservatif par exemple), vous pouvez bénéficier d'un traitement post-exposition qui peut vous éviter d'être infecté. Il vous sera prescrit et délivré aux urgences de n'importe quel hôpital. Plus d'info en cliquant ici)

Si plus de 48 heures se sont écoulées depuis la prise de risque, il faut attendre six semaines pour faire un test de dépistage "classique" et trois mois pour un test rapide. Il est parfois possible de réaliser le test "classique" seulement 15 jours après la prise de risque mais, dans ce cas, le résultat obtenu ne sera pas fiable à 100%.

Le faire régulièrement
En France, les autorités de santé recommandent un dépistage du VIH/sida annuel :
- chez les gays et tout homme ayant des pratiques homosexuelles ;
- chez les usagers des drogues (injections intraveineuses, pailles de sniff, etc.) ;
- chez les personnes multipartenaires originaires d’Afrique subsaharienne et des départements français d'Amérique (Antilles, Guyane).

Plus tôt on sait, mieux c'est. La primo-infection
Si on est infecté par le VIH, il y a une première phase qu'on appelle la primo-infection. Elle se déroule entre 2 et 8 semaines après la contamination. Peut-on s'en apercevoir ? C'est possible mais pas toujours. Le premier signe, c'est de la fièvre, au moins 39°C (chez 90% des personnes). Parfois  une pharyngite, de la fatigue, des courbatures, éruption cutanée momentannée.

Pendant la primo-infection, le virus se répique très rapidement dans le corps. C'est la période où l'on peut le plus transmettre son virus au partenaire. D'où l'intérêt de savoir où on en est pour éviter ce risque, par exemple en commençant un traitement anti-VIH. On sait aussi désormais que commencer un traitement durant cette période a un impact favorable sur l'évolution de la maladie. 

Sur le même sujet

Les clefs de Mat Bastard

Les + Lus