Canal Seine-Nord Europe et Barreau Creil-Roissy : deux projets attendus depuis des décennies dans la région

Canal Seine Nord Europe et Barreau Creil Roissy, deux projets attendus depuis des décennies dans la région. / © FTV
Canal Seine Nord Europe et Barreau Creil Roissy, deux projets attendus depuis des décennies dans la région. / © FTV

La région est traversée par des infrastructures de transport nationales et internationales. Mais depuis des années, elle attend deux grands projets, le Canal Seine-Nord et le Barreau Creil-Roissy. Deux dossiers qu'Emmanuel Macron abordera lors de sa visite de deux jours dans la Somme.

Par Halima Najibi

Aujourd'hui, le canal Seine-Nord Europe devient plus concret, depuis les derniers engagements de l'État sur sa mise en œuvre, en effet les travaux de ce chantier tant attendu sont prévus pour la fin 2020. 

Le projet est financé par l'Europe à hauteur de 2 milliards d'euros, sur les 5 milliards d'euros du coût global avec une participation de 1 milliard pour les régions et les départements et 1 milliard pour l'État.

Un projet qui devrait employer entre 10 000 et 15 000 personnes pendant la phase de chantier après 2022, et entre 15 000 et 30 000 emplois structurels sur les 4 plateformes importantes qui vont accueillir des entreprises à vocation logistique et agro-alimentaire.


Une Arlésienne qui voit enfin le jour 

Le chantier comprend l'aménagement de 6 écluses et 61ponts et une mise en service prévue pour 2028. Le dossier du canal Seine-Nord a été remis à flot, en octobre 2017. Il a longtemps nagé en profondeur avant de remonter à la surface. On en parle depuis des décennies comme le rappelle ce reportage ci-dessous. Le projet fait débat depuis plus de trente ans.
Retour sur l'histoire du Canal Seine Nord Europe
Laurent Navez revient sur l'historique du Canal Seine Nord Europe


Les élus locaux se sont battus bec et ongles pour ce projet 

Qu'ils soient députés, sénateurs, président de région ou de département, les élus des Hauts-de-France sont favorables depuis des années à ce projet. Ils l'ont soutenu pour ses retombées économiques pour la région. Même si certains attendent de voir les perspectives d'avenir notamment pour le département de l'Aisne.


Le Premier ministre confirme son soutien au canal Seine-Nord 

En visite à Aubencheul-au-Bac le 24 octobre dernier, le Premier ministre Edouard Philippe a déclaré y voir une perspective économique, après avoir été hostile au projet dans les premiers temps, lorsqu'il était maire du Havre. Il s'était vigoureusement opposé au projet, craignant pour l'avenir du port du Havre.

Le canal Seine-Nord Europe a une longueur de 107 km entre Compiègne (Oise) et Aubencheul-au-Bac (Nord), 4,5 mètres de profondeur d'eau et 54 mètres de largeur. Un seul bateau pourra transporter en marchandises l'équivalent de 200 camions. Il a vocation de relier la Seine et le réseau fluvial de l'Europe du nord.
 


Projet de liaison ferroviaire Roissy-Picardie

Comme le canal Seine-Nord Europe, ce projet ferroviaire important pour la région est longtemps resté dans un fond de tiroir. Il devrait enfin voir le jour. Ce projet est développé depuis 2010. Il prévoit la création d’une nouvelle ligne de 6 km, reliant la ligne à grande vitesse (LGV) d’interconnexion Est à la ligne classique Amiens-Creil-Paris. Des aménagements seront aussi réalisés sur l’axe Paris-Creil, et dans la gare TGV Aéroport Charles-de-Gaulle. 


L'État participe au financement du Barreau

Le gouvernement, sur les 310 millions d'euros, doit mettre 51% de financements. Le reste est apporté par les collectivités territoriales et la SNCF. La région apportera près de 106 millions d'euros et, de leur côté, les collectivités de l'Oise ont elles aussi réparti les dépenses. Des emplois sont également à la clé.


Creil ne sera plus qu’à 23 minutes de Roissy Charles de Gaules

À Creil, les élus et chefs d’entreprises espèrent un démarrage rapide des travaux. 11 promoteurs immobiliers ont contacté la mairie pour faire sortir de terre environ 500 logements à 5mn à pied de la gare, au bord de l'Oise, sur cette une friche industrielle désormais appelée le Quartier de la Vieille Montagne.

Les travaux du barreau devaient être lancés en 2019 et les dates semblent se décaler à 2020/2025, pour une mise en service en 2027. Les usagers pourront rejoindre sans correspondance la gare de Paris Aéroport Roissy-Charles de Gaulle depuis les agglomérations de Chantilly, Creil, Pont-Sainte-Maxence, Clermont, Compiègne (60) et Amiens (80). Le temps de trajet sera de 22 minutes en train. avec 17 nouveaux allers-retours quotidiens Compiègne-Roissy et 9 allers-retours Creil-Roissy pour les TER, soit 52 dessertes quotidiennes supplémentaires. Les TGV arriveront en gare d'Amiens et 2 allers-retours quotidiens Amiens-Strasbourg et Amiens-Marseille seront proposés.

Dans l’Oise, 15 000 personnes se rendent à Roissy pour travailler.
 

 

Sur le même sujet

Les + Lus