CARTE. L'eau du robinet dans votre commune est-elle polluée ?

La quasi-totalité des Français peut boire sans crainte l'eau du robinet, mais 2,8 millions de personnes n'ont accès qu'à une eau polluée notamment par des pesticides, des nitrates ou du plomb, indique jeudi une étude de l'UFC-Que Choisir. Et dans notre région ? 

Par @F3nord avec AFP

"Le constat global est très rassurant", estime l'association de consommateurs qui a analysé les réseaux desservant les 36 600 communes de France, sur la base de données du ministère de la Santé : 95,6% des consommateurs bénéficient d'une eau qui "respecte haut la main la totalité des limites réglementaires, et ce tout au long de l'année".

Mais 2,8 millions de personnes, essentiellement des habitants de petites communes rurales, "reçoivent une eau non-conforme", déplore-t-elle. La faute surtout aux pollutions agricoles par les pesticides et les nitrates, selon l'ONG mais aussi parfois à un mauvais traitement des eaux ou des composants de canalisation problématiques (plomb, nickel, cuivre...). L'UFC-Que choisir a compilé ici les différentes sources de pollution.

Dans la région, la pollution de l'eeau du robinet concerne principalement le Pas-de-Calais et la Somme. Mais d'une commune à l'autre, on note de fortes disparités.

Sur son site, l'UFC-Que choisir propose une carte qui permet en un clic de savoir si l'eau est polluée dans votre commune : "Vérifiez la qualité de l'eau potable distribuée dans votre commune et dans ses alentours sur la carte interactive synthétisant le niveau de conformité pour 50 contaminants et paramètres physico-chimiques définis par la réglementation". L’étude a porté sur des analyses effectuées de février 2014 à août 2016. 


Cliquez sur l'image ci-dessous pour accéder à la carte.

Ce contenu n'est plus disponible

En annalysant cette carte, on constate effectivement la présence de communes en noir : qualité de l'eau très mauvaise. Bomy, Laire, Annezin, Ecurie, Auberchicourt, Villers-au-Tertre, Brie, Morcourt... sont quelques-unes des communes concernées dans le Pas-de-Calais et la Somme. 
Dans le Nord : Clary, Saint-Benin, Troisvilles sont quelques-unes des rares communes en noir. On en trouve aussi dans l'Aisne et l'Oise. 

"Pollueur payeur"

L'ONG juge les différentes pollutions de l'eau du robinet "d'autant moins acceptables que l'alerte est donnée depuis longtemps et que les bons remèdes ne sont toujours pas appliqués". Si l'eau du robinet est presque partout conforme aux normes, "ce n'est pas parce que l'agriculture aurait amendé ses pratiques" mais à cause d'une "coûteuse dépollution financée à 87% par les consommateurs et seulement à 6% par les agriculteurs", affirme l'UFC. L'association réclame l'application du principe "pollueur-payeur" notamment par une augmentation de la taxation des pesticides, "un audit national" des composants toxiques des canalisations et une aide aux particuliers pour remplacer leurs canalisations en cas de pollution au plomb. 

Malgé ces constats, l'ONG rappelle qu'elle recommande la consommation d'eau du robinet (quand elle n'est pas polluée, cf carte ci-dessus) plutôt que l'achat d'eau en bouteille. Pour des raisons économiques, qualitatives et environnementales.


Les recommandations de l'UFC Que-Choisir avant de boire votre eau du robinet

  • Laissez couler l’eau quelques instants avant de la boire. Dans le cas où l’odeur est marquée, il suffit de laisser l’eau s’aérer, par exemple dans une carafe ouverte.
  • Lorsque la concentration en nitrates est comprise entre 50 et 100 mg/l, l’eau ne doit pas être consommée par les femmes enceintes et les nourrissons. Si elle est égale ou supérieure à 100 mg/l, l’eau ne doit être utilisée pour aucun usage alimentaire.
  • Lorsque l’eau est très alcaline (pH supérieur à 9), il est déconseillé de l’utiliser pour la toilette, car elle peut être irritante pour l’œil ou la peau.

Sur le même sujet

Les + Lus