Coronavirus : 31 décès signalés ces dernières 48h dans les Hauts-de-France, on vous explique pourquoi

Selon les données publiées par Santé publique France, 31 décès liés au Covid-19 ont été recensés dans les hôpitaux des Hauts-de-France, ces dernières 48 heures, alors que le nombre de patients hospitalisés a considérablement diminué. Selon l'agence, il s'agit en fait d'un "rattrapage" statistique. 
Image d'illustration datant du 11 mai 2020.
Image d'illustration datant du 11 mai 2020. © PHOTOPQR/LE PROGRES/MAXPPP
Ce sont des chiffres qui interpellent : selon le site Géodes de Santé publique France qui les a diffusés, 31 personnes seraient décédées du Covid-19, ces dernières 48 heures, dans les hôpitaux des Hauts-de-France, soit plus que lors de 19 jours précédents (18 juin-6 juillet).
L'agence a recensé mardi 13 nouveaux décès et 18 autres mercredi. 

Par département, cela donne sur ces deux derniers jours : Ces chiffres sont d'autant plus surprenants que les autres indicateurs hospitaliers ne montrent absolument pas un retour en force de l'épidémie de coronavirus, bien au contraire. Entre lundi et mercredi, on compte 105 patients hospitalisés en moins pour Covid-19 et 21 en moins en réanimation
Et si on regarde les nouvelles hospitalisations quotidiennes pour Covid-19, elles restent inférieures à 10, alors qu'on en comptait plusieurs centaines par jour pendant le pic de l'épidémie, fin mars / début avril.
Nous avons donc contacté ce jeudi Santé publique France, où on l'on s'interrogeait également sur ce nombre anormal de décès signalés ces dernières 48 heures.

Après une brève enquête menée dans la matinée, l'agence a constaté qu'il s'agissait en fait d'un "rattrapage", certains décès signalés mardi ou mercredi étant antérieurs de plusieurs jours ou plusieurs semaines. En clair, des informations sont remontées des hôpitaux avec du retard, voire beaucoup de retard. Selon Santé publique France, certains de ces décès remonteraient en effet... au mois d'avril.

L'agence se veut rassurante et indique que le nombre réel de décès quotidiens liés au Covid-19 reste bas, dans la continuité de ce qui a pu être observé depuis la mi-juin. 
Son dernier point épidémiologique remonte au 2 juillet. Santé publique France indiquait 308 nouveaux cas confirmés entre le 23 et le 30 juin, avec un taux de reproduction (R effectif) de 0,94.  "Les recours pour suspicion de COVID-19 en médecine de ville sont stables ou en diminution ces 4 dernières semaines. Les indicateurs témoignent d’une circulation persistante, à un niveau faible, du SARS-COV2 dans la communauté", indiquait-elle.
 
Covid-19 : Patrick Goldstein, patron des urgences du CHU Lille, fait le point sur l'épidémie

"Dans les Hauts-de-France, sur la période du 22 au 28 juin 2020, le taux de positivité régional est de 1,4%, égal au taux national (1,4%). Il est stable par rapport à la semaine précédente. Il varie de 1,7% dans le département de Nord à 0,4% dans la Somme. Il est en diminution dans les départements de l'Aisne (1,2%), la Somme (0,4%), demeure stable dans le Nord (1,7%) et le Pas-de-Calais (1,1%) et est en légère augmentation dans le département de l’Oise (1,4%)", détaillait l'agence. "Le taux d’incidence régional estimé au 28 juin est de 4,8 cas confirmés/100 000 habitants, similaire au taux national (4,9). Le taux d’incidence le plus élevé est observé dans le département du Nord (6,8 cas/100 000 habitants), où plusieurs clusters signalés sont en cours d’investigation et des campagnes de dépistage de grande ampleur engagées. Il est en diminution dans l’Aisne (3,8) et la Somme (1,4), stable dans (...) le Pas-de-Calais (3,7) et en légèrement augmentation dans l’Oise, (3,4)".
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société