Coronavirus : les diocèses du Nord et du Pas-de-Calais prennent de nouvelles mesures

Suite à l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, les diocèses de Lille, d'Arras et de Cambrai ont pris jeudi 13 mars des nouvelles mesures pour limiter la propagation du coronavirus.

© Frederik Giltay
Directement concernés par l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes, les diocèses du Nord et du Pas-de-Calais ont annoncé vendredi 13 mars des mesures pour faire face au coronavirus.

Pas plus de 100 personnes par messe

Les églises et certaines maisons diocésaines ne ferment pas, mais elles devront recevoir des groupes de moins de 100 personnes.  

L'évêque d'Arras, Jean-Paul Jaeger, ajoute que la célébration de l'Eucharistie dominicale est maintenue, mais toujours sous la barre des 100 participants. Concernant l'Eucharistie quotidienne, les personnes exterieures à la communauté ne seront pas acceptées. Les fidèles sont invités à s'asseoir en observant un intervalle d'une chaise sur deux et d'un rang sur deux. 

Laurent Ulrich, archevêque de Lille, invite les fidèles à se rendre dans les églises moins fréquentées et à suivre les émissions religieuses à la télévision et à la radio plutôt que de se déplacer. 
 

Annulation des évènements et fermetures de certaines maisons diocésaines

Le pélerinnage des collégiens Ch'ti Pélé, ainsi que tous les évènements concernant plus de 100 personnes, sont annulés dans le diocèse de Lille.

Concernant le diocèse d'Arras, la maison diocésaine d'Arras et la maison "Les Tourelles" à Condette (Pas-de-Calais) sont fermées "jusqu'à nouvel ordre". Les rassemblements et activités pastorales concernant les enfants, les adolescents et les jeunes sont suspendus. Jean-Paul Jaeger demande aux familles de reculer la date des baptêmes et autres actes de culte. 

Pour le diocèse de Cambrai, les rencontres et les journées de formations sont reportées à des dates ulterieures. 

Prudence pour les personnes de plus de 70 ans

Les diocèses demandent aux personnes de plus de 70 ans et celles avec une santé fragile de faire preuve de grande prudence, voire d'éviter de se rendre aux célébrations. 


Les archevêques de Lille, d'Arras et de Cambrai avaient déjà publié des recommandations sanitaires début mars, comme le retrait de l'eau bénite des bénitiers, le dépôt de l'hostie non pas dans la bouche mais dans la main ou encore informer les fidèles qu'il n'y aura pas de gestes de paix, comme les poignées de main. Ces instructions sont toujours maintenues et complètent les nouvelles.
 






 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société religion