Coronavirus chez nos voisins : selon le Financial Times, le bilan au Royaume-Uni serait en réalité deux fois plus lourd

Le célèbre journal économique britannique affirme que le gouvernement de Boris Johnson sous-estime largement le nombre de décès.

© MAXPPP
Dans leur dernier bilan, les autorités sanitaires britanniques comptaient 17 337 morts. Un chiffre très largement sous-estimé, si l'on en croit le calcul du Financial Times (article en anglais)réalisé à partir des données de l'Office for National Statistics (ONS), équivalent outre-Manche de l'Insee français. Selon le journal, ce chiffre s'établirait plutôt aux alentours de 41 000 décès.
 
 

Le gouvernement ne compte pas les morts en maison de retraite


Le premier argument quotidien économique est que le gouvernement "ne compte que ceux qui sont morts dans les hôpitaux après avoir été testés positifs au virus". Un comptage bien différent de ceux réalisés en France ou en Belgique.

En France, mardi soir, on comptait en France 12 900 décès à l'hôpital et 7896 décès dans des établissements médicaux sociaux, au premier rang desquels les EHPAD (pour un total de 20 796 morts). À l'échelle des Hauts-de-France, on déplore 1163 décès dans les hôpitaux, et le dernier comptage (non exhaustif) de l'ARS, au 16 avril, établissait à près de 350 le nombre de morts dans les EHPAD de la région.
 
Autant dire que le nombre de morts dans les maisons de repos a son importance, d'autant plus que l'organisme Care England, dimanche, disait redouter des milliers de morts dans ces établissements. Son comptage, au 19 avril, s'établissait à 7500 morts, en plus de ceux déjà comptabilisés par le gouvernement britannique.
     

Une surmortalité qui explose


L'autre argument du Financial Times tient à la surmortalité observée depuis le début de la crise, en s'appuyant sur le nombre de décès toutes causes confondues et en le comparant avec celui des années précédentes (nous avions réalisé le même comparatif dans les Hauts-de-France).
 
"Les données de l'ONS ont montré que les décès enregistrés dans la semaine se terminant au 10 avril était 75% supérieures à la normale en Angleterre et au Pays de Galles, son plus haut niveau depuis plus de 20 ans", écrit le Financial Times. En chiffres, cela donne 18 516 décès enregistrés sur cette période en 2020, contre 10 520 à cette même semaine de l'année, en 2015.

Ce sont ces deux données : les morts en maisons de repos, et les chiffres de la surmortalité, qui poussent le quotidien financier à avancer le chiffre de 41 000 morts.

Et encore, Nick Stripe de l'ONS, précise que la semaine observée incluait le Vendredi Saint, le 10 avril, (en anglais, "Good Friday"), jour férié où l'enregistrement des décès n'était pas aussi effiace. Ce qui le pousse à affirmer "prudemment" que les chiffres de l'ONS étaient sous-estimés d'au moins 2000 décès.
 
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
royaume-uni international coronavirus/covid-19 santé société