Coronavirus chez nos voisins : le Royaume-Uni assouplit son confinement avec une permission de sortie en Angleterre

En revanche, l'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord demandent toujours à leurs habitants de "rester chez eux".

© Oli SCARFF / AFP
Les habitants de l'Angleterre sont autorisés à partir de mercredi à sortir davantage de chez eux et encouragés à se rendre au travail s'ils ne peuvent travailler de chez eux, un premier assouplissement modeste du confinement en place depuis fin mars au Royaume-Uni.

La pandémie a fait plus de 32.000 morts testés positifs dans les hôpitaux et maisons de retraite selon le dernier bilan des autorités sanitaires mardi. Mais la réalité semble bien plus lourde puisque le bureau britannique des statistiques avait déjà recensé au 1er mai plus de 36.000 morts dont la maladie Covid-19 était la cause suspectée mentionnée sur le certificat de décès.

 

Deux mètres de distance


Dans ce contexte, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé dimanche un déconfinement graduel et prudent. L'Ecosse, le Pays de Galles et l'Irlande du Nord préfèrent ne pas suivre ce chemin pour l'instant et demandent toujours à la population de "rester la maison".
 
En Angleterre seule donc, les habitants peuvent désormais prendre leur voiture pour se rendre dans un parc régional, jouer au tennis ou au golf, voir un ami ou se rendre dans un magasin de jardinage, mais tout en respectant une distance de deux mètres les uns avec les autres, faute de quoi ils risquent une amende de 100 livres (113 euros).

Une limite dans les transports en commun


Des millions de personnes qui ne peuvent pas travailler à domicile doivent aussi reprendre le chemin du travail, après avoir été vivement encouragées par Boris Johnson. 

Le ministre des Transports, Grant Shapps, les a toutefois incitées à "se déplacer en vélo ou à marcher". Pour respecter les consignes de distanciation sociale, les transports en commun ne peuvent accepter qu'un usager habituel des transports sur 10, a-t-il souligné mercredi sur la BBC.

Il est en outre de nouveau autorisé de visiter des logements en vente, ce qui devrait aider à la reprise du marché immobilier.

 

Relancer l'économie


Ces petits assouplissements visent à aider très progressivement à la reprise de l'économie, bouleversée par le confinement. Le Royaume-Uni a subi une chute de 2% de son produit intérieur brut (PIB) au premier trimestre, la pire performance depuis le quatrième trimestre de 2008 en pleine crise financière internationale, a annoncé mercredi le Bureau national des statistiques (ONS).

Boris Johnson a été critiqué pour ce déconfinement à plusieurs vitesses au Royaume-Uni et ses recommandations jugées confuses par l'opposition. Il affrontera les questions des députés mercredi à 11H00 GMT, lors de la traditionnelle séance de questions hebdomadaire à la Chambre des Communes.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
royaume-uni international coronavirus/covid-19 santé société déconfinement