Coronavirus : rationnement, horaires aménagés, entrées limitées... Les commerces d'alimentation prennent des mesures

Le ministre de l'Economie Bruno Le Maire l'a assuré : "Il n'y aura pas de rationnement". Pour autant, certains commerces du Nord-Pas-de-Calais ont décidé d'instaurer des limitations d'achats. Les initiatives solidaires s'organisent : livraisons, horaires aménagés... Exemples.
Pas plus de deux articles de la même famille par client
Pas plus de deux articles de la même famille par client © J.S. Vasseur

Limitation à deux articles de même sorte par client

De plus en plus fleurissent dans la région des initiatives de commerces indépendants qui invitent leur clientèle à limiter ses achats.
 
"La centrale me l'a certifié hier, on peut tenir jusqu'en juin !" Ce gérant du Rapid'Market de Marquise, dans le Boulonnais, n'est pas inquiet. Pourtant, Jean-Sébastien Vasseur a décidé de mettre en place un rationnement dans son commerce de 90 mètres carrés. "Ce n'est pas par peur, explique-t-il. C'est par civisme. Pour que tous les clients soient contentés... J'ai vu une dame de 60 ans avec 3 kilos de sucre, 10 litres de lait... Ca va en faire des gâteaux ! Et alors pour le papier toilette, je ne comprends pas."

Hier, tous les commerces de Marquise ont été dévalisés, alors Jean-Sébastien et sa femme ont choisi de limiter les achats de leur clientèle à 2 articles de la même famille. Qu'en disent les clients ? "En général, ils réagissent bien. Après, certains s'énervent. On leur fait comprendre que c'est d'utilité publique. Il n'y a pas qu'eux, il y a 5000 habitants ! Et puis c'est plus simple pour nous, aussi. On n'est déjà que deux, au magasin, ça nous permet de faire l'encaissement manuellement."
 
La consigne de rationnement a été affichée en vitrine
La consigne de rationnement a été affichée en vitrine © J.S. Vasseur
 

Livraison pour les personnes âgées


Le couple marquisien a aussi mis en place un service de livraison, tous les jours à 13 heures, pour les clients de plus de 60 ans. Les courses sont simplement déposées sur le pas de la porte.

Même idée à la boucherie Fagoo de Longuenesse. "Il y a des personnes âgées qui ne vont plus oser sortir du tout. C'est une initiative solidaire, explique Nicolas Fagoo, troisième génération de boucher. On le constate déjà : on a une clientèle âgée qu'on ne voit plus." Il ne se pose pas en revanche la question du rationnement. "J'invite simplement les gens à rester raisonnables... Inutile de congeler des kilos de viande, alors qu'on va continuer à en avoir de la fraîche... Il faut bien que nos éleveurs continuent à vivre, eux aussi."

Désormais cette boucherie familiale qui fête ses 43 ans met aussi en vente des packs d'eau. "Une autre façon d'être solidaire."
 

Pas de rationnement, mais un appel à être raisonnables


Nombreux sont ceux qui font état d'une pénurie... Liée au comportement des clients stockeurs.
 
Dans les grandes surfaces, pas de rationnement. Michel-Edouard Leclerc l'affirmait dès le 15 mars sur France 2 : "Il faut arrêter de faire des stocks alimentaires. Il n'y a pas de risques de pénurie. Il y a des stocks chez nos fournisseurs. J'insiste."
 
Les grandes enseignes ont fermé leurs centrales téléphoniques à cause du contexte sanitaire, mais certaines continuent à communiquer via lesréseaux sociaux. A l'image de Leclerc, qui ne fait pas de rationnement mais invite les utilisateurs du drive à ne pas commander plus qu'habituellement. 
 
Même message du côté d'Intermarché, qui a par ailleurs mis en place des horaires aménagés dans tous ses magasins. Tous les jours de 8h à 8h30, seuls les personnes âgées de plus de 70 ans peuvent entrer faire leurs courses, sur présentation de leur pièce d'identité.
   
Nathalie a décidé d'acheter au compte-gouttes plutôt que de stocker, pour pouvoir sortir régulièrement dans le quartier.
Nathalie a décidé d'acheter au compte-gouttes plutôt que de stocker, pour pouvoir sortir régulièrement dans le quartier. © V. D. France 3

Dans ce Carrefour express lillois, qui vient d'être livré, le gérant ne sait plus où donner de la tête. Ses rayons sont pleins, tellement pleins que l'arrière du magasin est impraticable. C'est là qu'il a dû entasser des centaines de paquets de papier toilette. Pour autant, il incite les clients à rester raisonnables dans leurs achats. Nathalie s'est donc contentée d'un seul paquet. "Ça m'obligera à revenir, ça me fera marcher un peu... Je sens que ça va durer longtemps !"




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société alimentation