Coronavirus : solidaires, les grands chefs livrent à manger aux personnels soignants

Un peu partout dans la région, des restaurateurs ont rouvert leur cuisine et préparent de bons repas équilibrés qu'ils distribuent ensuite dans les hôpitaux.
Par solidarité, les grands chefs se lancent au secours des soignants. C'est le cas, par exemple, à Marcq-en-Barœul, dans la métropole lilloise, où le chef de "La Salle à manger" Thibaut Fourdrinier cuisine et livre lui-même tous les mercredis 50 repas au CHU de Lille.

"Je me suis inscrit sur Tiptoque, pour rejoindre le projet de Guillaume Gomez, le chef des cuisines de l'Elysée. Il a lancé avec l'AP-HP (Assistance Publique - Hôpitaux de Paris) une opération "Les chefs avec les soignants". Ça m'a semblé logique de participer."
 
Dans son restaurant, ils sont huit – cinq en cuisine et trois en salle – tous au chômage partiel. "Je fais des commandes à emporter, explique le chef. C'est dur psychologiquement de ne plus voir personne, surtout que notre métier consiste à faire plaisir aux gens. En faisant à manger pour les soignants, j'ai l'impression d'être utile."
 
© Thibaut Fourdrinier
 
 

Dans l'Avesnois, "cuisiner pour les soignants, une évidence"


Même chose dans l'Avesnois, où plusieurs restaurateurs se sont coordonnés pour livrer différents hôpitaux, à Liessies, Avesnes-sur-Helpe, Jeumont, Le Quesnoy... "Ce dimanche, on a livré 240 repas, raconte Chef Christophe, co-fondateur du site 750 grammes, et enseignant au lycée hôtelier d'Avesnes-sur-Helpe.

"Moi en ce moment, je n'ai pas grand-chose à faire. Je fais des tutos en ligne pour mes élèves... Cuisiner pour les soignants, c'était une évidence", explique-t-il. "En plus, le projet est très organisé. J'ai appelé deux-trois copains, qui ont appelé deux-trois copains... Aujourd'hui, on est une vingtaine. De tous horizons, des restos gastro, comme de la street food." Et le groupe recrute encore.
 
C'est lui qui établit les menus. Pour ça, il tient compte des paniers que METRO France, le grossiste pour indépendants, peut leur offrir. Dimanche, ce sera salade de haricots rouges au saumon fumé. "Il y a des gens qui nous donnent des produits. J'ai reçu un message sur ma page Facebook d'une dame qui m'a dit "J'ai trente œufs, je vous les donne !" Une dame qui fait des pommes de terre m'en a proposé 200 kilos."
 
Bien sûr, c'est chacun chez soi. Un seul se charge de collecter les denrées, et fait la distribution sur un parking, en gardant les distances. Un seul livre les hôpitaux.

 

Une "formidable aventure humaine"


Christophe Dovergne tient à le préciser, c'est avant tout "un collectif, une formidable aventure humaine". Franck Plateau, le chef du restaurant du "Château de la Motte" à Liessies vient de rejoindre l'aventure. "Je ne le connais même pas. Il m'a appelé et il m'a dit que juste pour l'aventure humaine, on n'avait pas le droit de ne pas le faire."

"Notre récompense, c'est les remerciements des soignants. On sait qu'on leur est redevables, on les remercie, on pense à eux. Dans les grandes villes, on applaudit au balcon. Moi, au fin fond de ma campagne, je cuisine."
 
Au menu du dimanche 29 mars
Au menu du dimanche 29 mars © Christophe Dovergne


 

Des Nordistes généreux en Belgique aussi


Pommes de terre et anguille fumée, asperges blanches et réglisse ou curry rouge thaï... deux fois par semaine, la cheffe étoilée Isabelle Arpin repasse derrière les fourneaux pour régaler les soignants d'un hôpital de Bruxelles.

"La bonne nourriture vitaminée, ça joue sur le moral et la santé", souligne cette Française, plongeant un "bazooka", un énorme robot mixer, dans un faitout pour préparer un velouté de cresson. Dix bacs gris de 12 litres, garnis de sacs qui peuvent supporter une température de 80 degrés, attendent les potages parfumés. Ils seront livrés gratuitement par Sodexo dans un camion isotherme à l'hôpital universitaire Erasme, dans la commune bruxelloise d'Anderlecht. Et servis illico à quelque 350 soignants.
 
La cheffe étoilée nordiste Isabelle Arpin en cuisine
La cheffe étoilée nordiste Isabelle Arpin en cuisine © AFP Forum

Pour cette cuisinière à la cinquantaine dynamique, habituée à dresser des assiettes raffinées et colorées dans la cuisine ouverte de son restaurant de la célèbre avenue Louise, le changement est radical. Au lendemain du dernier service le 13 mars, un fois le restaurant fermé pour cause de confinement, Isabelle Arpin et son associée, Dominika, ont pensé se lancer comme traiteur.

Mais un restaurant gastronomique qui sert en moyenne une trentaine de couverts au prix d'environ 80 euros en soirée n'est pas vraiment équipé pour cela. "On n'allait pas en plus prendre des masques aux soignants pour faire des vols au vent!", s'exclame Dominika, la gestionnaire qui s'est mise à préparer les soupes alors qu'elle ne rentrait jamais en cuisine avant la pandémie.

 

Le cresson de fontaine, "bombe vitaminée"


Tout s'est très vite organisé pour les deux femmes, déjà engagées dans l'aide à la recherche médicale de l'hôpital pour des raisons personnelles. Après quelques jours de mise au point de leur projet, elles relancent leurs fournisseurs, notamment plusieurs fermes, dont une proche de l'aéroport de Bruxelles qui emploie des handicapés légers. Entre les dons de leurs clients, les frigos solidaires qui récupèrent les excédents alimentaires, Carrefour et Metro qui leur donnent des invendus, elles sortent leur première soupe le 21 mars.

Pourquoi ce choix ? "Les soupes c'est nourrissant. C'est presque un repas. C'est facile à manger rapidement", explique Dominika, 40 ans. Elle cite l'exemple du cresson de fontaine, "richissime en oligo-éléments, une bombe vitaminée".

"C'est une action citoyenne et c'est maintenant" - Isabelle Arpin, cheffe d'origine dunkerquoise


Équipée d'un masque noir à pois blancs, la cheffe Isabelle Arpin, diplômée de l'école hôtelière de Dunkerque, est un sacré personnage. Une photo d'elle en posture de yoga sur une meule de comté accueille la clientèle au restaurant qui porte son nom.

Mardi, son curry rouge thaï se composait de poivrons, champignons, courgettes, oignons, volaille, citronnelle et lait de coco. Et il se suffit largement à lui-même, pas besoin d'un second plat. "C'est absolument pas dans mes habitudes de cuisiner pour autant de monde. D'un autre côté, j'ai l'impression de retrouver le but premier de ce qui est notre métier, nourrir les gens", confie la cheffe dont un précédent établissement, le Restaurant Alexandre, avait décroché une étoile au Michelin.

"Je vis en Belgique depuis plus de 20 ans. Dans une situation comme celle-ci, sans savoir ce qui va se passer, on doit aider la société dans laquelle on vit. C'est une action citoyenne et c'est maintenant", confie cette sportive, qui pratique la boxe pour ses loisirs. Sa ronde des potages, les mardis et jeudis, allège en tout cas les lourdes journées des soignants d'Erasme. "Quel bonheur de pouvoir avec mon service souffler quelques minutes, voyager en Thaïlande ou découvrir le goût de l'anis au détour de quelques feuilles de cresson (...) dans un quotidien devenu si brutal et harassant", témoigne la cheffe du service d'anatomie pathologique de l'hôpital, Isabelle Salmon.

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société cuisine culture gastronomie solidarité