Dakar : Van Beveren a “l'envie d'avoir envie” de gagner

Sur les casques d'Adrien van Beveren, une phrase de Johnny Hallyday : "Qu'on me donne l'envie, l'envie d'avoir envie"... / © Emmanuel Quinart
Sur les casques d'Adrien van Beveren, une phrase de Johnny Hallyday : "Qu'on me donne l'envie, l'envie d'avoir envie"... / © Emmanuel Quinart

Le Nordiste Adrien Van Beveren (Yamaha), est l'une des meilleures chances françaises en moto. Il a déclaré penser à la victoire "dans un gros coin de sa tête" après sa 4e place de l'an passé. 

Par @F3nord avec AFP

Il veut gagner. Il en a l'envie. Adrien Van Beveren a même fait graver sur son casque les paroles de Johnny Halllyday : "Qu'on me donne l'envie, l'envie d'avoir envie"... Le pilote originaire de Racquinghem (Pas-de-Calais), qui s'est fait connaître grâce à ses victoires sur l'Enduropale du Touquet, vise maintenant le Dakar. Pour sa 3ème participation, il fait partie des favoris. 

Les dunes du début permettront de dégager une hiérarchie parmi la liste des prétendants, nombreux. Le tenant du titre anglais Sam Sunderland devra notamment composer avec ses coéquipiers de KTM, l'Autrichien Matthias Walkner, l'Australien Toby Price ou encore le Français Antoine Méo.

VERIFS AVEC ADRIEN VAN BEVEREN

Tournage par Xavier Richard et Emmanuel Quinart autour de la moto d'Adrien Van Beveren, 4ème l'an dernier. A voir demain sur #France4 à parti de 18h40

Publié par Jean-Francois Kerckaert sur vendredi 5 Janvier 2018

Pensez-vous à la victoire ?
Adrien Van Beveren : "J'y pense dans un coin de ma tête, dans un gros coin de ma tête (rires). Cela me fait rêver. Cette course, c'est un mythe pour moi, c'est aussi l'objectif de toute ma vie. Aujourd'hui, de se dire que je suis déjà parmi les favoris, pour mon troisième Dakar, c'est déjà une superbe réussite, l'accomplissement d'un rêve. Maintenant, j'ai envie de rouler, j'ai envie de gagner, de +performer+, mais il faut aussi garder en tête que je dois apprendre des choses, prendre de l'expérience."

Comment vous êtes vous préparé ?
"C'est une préparation toute l'année, c'est mon métier. Tout est basé là-dessus (sur le Dakar, ndlr). Même si je fais d'autres courses dans l'année, je les appelle des +courses de préparation+ pour être optimum au Dakar. J'ai dormi dans une tente qui simule l'altitude pendant tout le début décembre, une vingtaine de jours à 3.000 mètres, chez moi. Je suis aussi toujours sur ma moto, c'est ce que j'aime le plus, et c'est la meilleure des préparations."

Votre expérience à l'Enduro du Touquet, que vous avez gagné trois fois, peut-elle vous aider dans les dunes, nombreuses durant la première semaine au Pérou ?
"Je pense que toutes les expériences sont bonnes. Mais le plus important pour moi, c'est le pilotage. Ce qui m'anime, ce que j'aime dans la moto, avant la navigation, avant le désert, avant l'aventure, c'est de rouler sur une moto, de rouler vite. Plus le terrain est technique, plus je suis avantagé. Je n'ai pas d'appréhension par rapport au sable. La seule que j'aie, c'est de rouler trop vite et de sauter une dune +cassée+ (avec une forte inclinaison après la crête, ndlr), ça peut faire très mal."
© Franck FIFE / AFP
© Franck FIFE / AFP

 

Dakar : départ ce samedi

Le Dakar rassemblera 335 véhicules, pour 523 concurrents, deux chiffres en légère hausse par rapport à 2017, au départ de sa 40e édition samedi de Lima au Pérou, ont annoncé vendredi les organisateurs. "188 motos et quads, 103 autos et SxS ainsi que 44 camions ont été admis au départ", a détaillé l'organisation du rallye-raid, dont l'arrivée est prévue le 20 janvier à Cordoba en Argentine.

L'année dernière, l'épreuve avait réuni 318 véhicules, dont 87 motos, pour 501 concurrents. Il s'agit ainsi d'une progression de près de 5% du nombre de participants en un an. La première étape du Dakar-2018 a lieu ce samedi entre Lima et Pisco (272 km).

Sur le même sujet

On a regardé le match avec les parents de Benjamin Pavard

Les + Lus