Dans les Hauts-de-France, la hausse des embauches confirme la reprise économique

Dans les Hauts-de-France, la tendance à la relance était déjà amorcée dès le 1er trimestre 2021 où l'emploi salarié progressait de 0,9%. Elle se confirme au 2e trimestre qui affiche une hausse de 1,1% de l'emploi dépassant ainsi de près de 17 000 emplois, son niveau d’avant-crise fin 2019.

L'embellie économique semble s'installer dans les Hauts-de-France, selon les derniers chiffres publiés par l'Urssaf. La région fait en effet partie des régions les plus dynamiques quant à la reprise de l'emploi. Au 2e trimestre 2021, tous les départements de la région affichent une hausse du nombre d'emplois salariés jusqu'à dépasser le niveau d'avant la crise sanitaire. Seule l'Aisne ne retrouve pas ce niveau.

La levée des restrictions sanitaires a profité aux secteurs de l’hébergement-restauration et des activités culturelles qui sont en forte progression. L’emploi dans la construction ralentit, même si ce secteur voit une nette augmentation de ses effectifs depuis fin 2019. L’emploi intérimaire, qui avait subi une chute inédite dans les premiers mois de la pandémie, retrouve son niveau de fin 2019 dans la région. Le seul secteur économique à enregistrer une baisse de ses effectifs sur le 2e trimestre 2021 est l'industrie.

Une embellie amorcée au 1er trimestre 2021

Cette reprise de l’emploi s'était déjà amorcée lors du 1er trimestre de cette année où une augmentation de 0,9% des embauches dans le secteur privé avait été observée. Entre le 31 mars et le 30 juin 2021, cette hausse est de 1,1% contre +1,5% sur l'ensemble du territoire national. La région a ainsi gagné 16 000 postes en trois mois. Tous les départements bénéficient de cette croissance, les taux d’évolution trimestrielle de l’emploi allant de +0,8% dans l’Oise à +1,3% dans le Nord.

Par rapport à la situation d’avant-crise, en décembre 2019, les effectifs salariés augmentent dans presque toutes les régions métropolitaines. Les Hauts-de-France font partie des régions plus dynamiques sur le front de l'emploi. Fin juin 2021, l’emploi privé régional se situe à 1,2% au-dessus de son niveau de fin 2019. La situation n'est cependant pas la même dans les cinq départements : dans le Nord et le Pas-de-Calais, l’emploi dépasse de 1,6 % son niveau de fin 2019 alors que dans les trois départements picards, il ne le dépasse que de 0,2%. L’Aisne enregistre en effet une baisse de son taux d'emploi entre fin 2019 et fin juin 2021 de 0,5%. Ce qui représente la perte de 470 emplois.

L’emploi intérimaire repart à la hausse

Au 2e trimestre 2021, les effectifs salariés intérimaires progressent de +3,3% dans la région, après une baisse de 2,5% au 1er trimestre 2021. Le secteur de l'intérim dans les Hauts-de-France dépasse même à fin juin son niveau d'avant la crise sanitaire. Ce qui n'est pas le cas au niveau national où l’intérim est même en baisse de 2,9% par rapport à décembre 2019. Dans la région, les effectifs intérimaires sont en hausse de 1,7% par rapport à fin 2019, soit 1200 postes de plus.

La hausse de l'intérim au 2e trimestre 2021 est surtout effective dans la restauration (+11,1%), l'hébergement (+7,5%), les activités dites récréatives (+4,8%), l'entreposage (+2,6%) et le commerce (+1,3%, soit 3150 postes supplémentaires).

L'emploi dans le secteur de la construction ralentit. Après un 1er trimestre particulièrement dynamique où l’emploi dans la construction avait progressé de 1,8%, il ralentit nettement au 2e trimestre et ne progresse que de +0,3% (soit +300 postes). Les interruptions de chantier engendrées par les pénuries de matières premières pourraient être une des causes de ce ralentissement. L’emploi salarié demeure toutefois largement au-dessus de son niveau de fin 2019 dans ce secteur (+3,7%).

Les effectifs industriels diminuent

Après la stabilité observée au 1er trimestre 2021, l’emploi industriel régional repart à la baisse ce trimestre (-0,4%). Il est inférieur de 2,3% à son niveau d’avant-crise (soit -6200 emplois par rapport à fin 2019). Les seuls secteurs industriels qui voient leurs effectifs légèrement augmenter au 2e trimestre sont les industries agroalimentaires (+0,2%) et la production et distribution d’eau, de gaz et d’électricité (+0,2%). Tous les autres secteurs sont en déficit. Dans la fabrication de matériel de transport, les effectifs reculent de 1,1%, sous l’effet de la baisse marquée dans l’industrie automobile (-1,5%). Les effectifs dans l’industrie chimique diminuent de 0,3% et ceux de l’industrie pharmaceutique de 0,4%. La métallurgie perd encore 120 postes ce trimestre (-0,9%).

Les bassins d'emploi de l'Aisne toujours en difficulté

Dans 17 des 24 zones d’emploi de la région Hauts-deFrance, l’emploi a retrouvé et dépassé son niveau de fin 2019, avant la crise sanitaire. Les plus fortes croissances en nombre sont enregistrées dans les zones d’emploi de Lille (+4500 emplois), Douai (+2460 emplois) et Valenciennes (+2330 emplois).

Les plus fortes croissances sont enregistrées dans les zones d’emploi de Douai (+4,8%), Calais (+3,7%) et Cambrai (+3,2%). Les zones d’emploi de Saint-Quentin, Beauvais, Saint-Omer, Dunkerque, Laon et Château-Thierry sont celles qui enregistrent une évolution négative par rapport à fin 2019.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie emploi