Avant dernier de Ligue 1, l'Amiens SC affronte le PSG samedi : "il ne doit pas y avoir de peur"

Les Amiénois, qui accumulent les défaites depuis le 2 novembre dernier, reçoivent samedi 15 février le Paris Saint-Germain, leader du championnat. Si la pression du résultat est là, l'entraîneur Luka Elsner veut aborder cette rencontre sereinement.

L'entraîneur de l'Amiens SC Luka Elsner en conférence de presse d'avant match vendredi 14 février 2020
L'entraîneur de l'Amiens SC Luka Elsner en conférence de presse d'avant match vendredi 14 février 2020 © Jérôme Arrignon / FTV
Luka Elsner l'avoue, jouer le PSG a son "petit côté spécial." Leader incontesté du championnat, le Paris Saint-Germain a de quoi faire frémir ses adversaires, même lorsque l'effectif tourne. "Peu importe qui est sur le terrain, c'est le même PSG", estime l'entraîneur de l'ASC. 
 Face aux Parisiens, qui jouent leur 8e de finale aller en Ligue des Champions mardi, les Amiénois devront redoubler de vigilance. "Avec eux, c'est toujours au moment où tu te sens bien dans le match que tu en payes le prix", constate Luka Elsner.
 
Pour l'entraîneur de l'ASC il faudra donc faire preuve "de personnalité, de caractère, et de beaucoup de concentration". Si les résultats ne sont pas au rendez-vous, les joueurs ont déjà montré leur ténacité face à des équipes de taille. Dernièrement un match nul à Lyon, puis une défaite face à Monaco alors qu'ils menaient jusqu'à la 85e minute.

"Face à Lyon, le contexte défavorable et le fait que les dés sont déjà jetés avant le match nous a permis de l'aborder de manière sereine, c'est un peu la même chose pour samedi", confie Luka Elsner. "Quand on joue Paris, il ne doit pas y avoir de peur, il faut être enthousiaste par rapport à ce que l'on peut faire."

Luka Elsner soutenu par ses dirigeants

Sans victoire depuis le 2 novembre, l'Amiens SC ne désespère pas de pouvoir sortir de la zone de relégation. À l'heure où les clubs se séparent de leur entraîneur en pleine saison faute de résultat, Luka Elsner bénéficie lui du soutien de son président. "Je veux m'inscrire dans un cycle de trois ans avec lui, comme je l'ai fait avec Christophe Pélissier" a déclaré ce vendredi Bernard Joannin, contacté par l'AFP. 

"Si je ne suis pas content d'un collaborateur, je m'en sépare. Or, ce n'est pas le cas pour Luka Elsner et John Williams (directeur sportif). Tout le monde fait des erreurs dans la vie, mais à partir du moment où les gens sont irréprochables dans leur travail et donnent tout ce qu'ils peuvent, mon rôle est de les accompagner", estime le dirigeant.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
amiens sc football sport ligue 1