DIRECT. Migrants à Calais : l'évacuation de la "Jungle" a commencé, avant son démantèlement

L'évacuation totale de la "Jungle" de Calais, née il y a 18 mois et où vivent entre 6 400 et 8 150 migrants, a débuté ce lundi à 8h et devrait durer au moins 3 jours. Infos, photos, vidéos : suivez en direct cette opération humanitaire d'une ampleur inédite.

 

##fr3r_https_disabled##

La "Jungle" de Calais vivait lundi matin ses dernières heures, dans l'attente de l'évacuation de ce gigantesque bidonville de migrants prévue pour débuter tôt, sous haute protection policière. Dès 08H00, cette énorme opération, revendiquée comme "humanitaire" par l'Etat, devait commencer pour vider le campement, devenu au fil des mois le plus grand bidonville de France avec ses 6.400 à 8.100 habitants (selon les sources), venus pour la plupart d'Afghanistan, du Soudan ou d'Erythrée avec le rêve de traverser la Manche.

Ils doivent être emmenés par cars dans des centres d'accueil et d'orientation (CAO) disséminés dans toute la France. Ce tranfert doit durer toute la semaine. "Nous avons confiance que tout se passe bien", a assuré dimanche la préfète du Pas-de-Calais Fabienne Buccio lors d'un point de presse,
en détaillant les modalités de l'opération.

Première étape du processus, les migrants auront accès à "un sas", un grand hangar désaffecté installé à 300 m de la "Jungle". Dimanche, les pouvoirs publics ont intensifié leurs rondes d'information pour distribuer des feuillets explicatifs. Du côté des autorités, on s'attendait à une forte affluence avant même l'ouverture des portes, certains migrants pouvant arriver tôt pour être sûrs de monter dans les bus.

Le dispositif a été pensé pour les orienter, après un entretien, en fonction de leur situation personnelle. Hommes seuls, familles ou personnes vulnérables seront répartis entre les 12 régions françaises (hors Corse). Une véritable "gare routière" a été montée pour assurer la fluidité de l'opération, avec 60 bus prévus dès le premier jour. "Si on arrive à orienter 2.000 à 2.500 personnes lundi, c'est très bien", estime Didier Leschi, directeur général de l'Ofii
(Office français de l'immigration et de l'intégration).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
migrants à calais société immigration