Le documentaire “Journal d'une FIV” de la Valenciennoise Raphaëlle Catteau primé au Figra

Le documentaire de Raphaëlle Catteau a déjà été diffusé sur Teva et LCP au début de l'année 2018. / © France 3 Nord
Le documentaire de Raphaëlle Catteau a déjà été diffusé sur Teva et LCP au début de l'année 2018. / © France 3 Nord

"Journal d'une FIV", le documentaire de la Valenciennoise Raphaëlle Catteau filmé par son compagnon Rodolphe Rinnert a reçu le prix du public dans la catégorie "Autrement vu" au Figra. Il est presque intégralement tourné au smartphone. 

Par M. Landaz avec Victoria Rouxel

"Journal d'une FIV", de la Valenciennoise Raphaëlle Catteau, a remporté le prix du public dans la catégorie "Autrement Vu", au Festival International du Grand Reportage d'Actualité (Figra), samedi 24 mars à Saint-Omer. 


Le film d'un peu plus d'une heure plonge le spectateur dans l'intimité d'un couple. Un couple à la rencontre tardive, en difficulté pour procréer, qui va se tourner vers la fécondation in vitro.

Le combat d'un couple pour avoir un enfant 


Il raconte ce combat et met en lumière le rôle du corps médical, notamment à travers la figure du professeur René Frydman, l'obstétricien à l’origine de la naissance du premier « bébé éprouvette » français. 

Selon l'Institut National d'Etudes Démographiques, la procréation médicalement assistée représente 3% des naissances en France. Depuis trente ans, cette part ne cesse de croître, comme vous pouvez le constater sur le graphique ci-dessous. 

Plus de 200 000 enfants ont été conçus par fécondation "in vitro" en 30 ans. / © INED
Plus de 200 000 enfants ont été conçus par fécondation "in vitro" en 30 ans. / © INED


Un documentaire tourné au smartphone

Filmées au smartphone par le compagnon de Raphaëlle Catteau, les images n'étaient à l'origine pas destinées à être exploitées. "Je suis rentrée assez tard dans l'aventure de la procréation médicalement assistée et Rodolphe a décidé de tout filmer, de la première piqûre au dénouement. C'était sa façon à lui de m'accompagner, de se sentir utile".

Ces vingt-cinq heures d'images sont d'abord restées dans un ordinateur pendant deux ans, avant que Rapahëlle Catteau ne demande à les voir. "J'ai été bouleversée. Je découvrais une matière richissime, intime mais aussi universelle. Je me suis dit qu'il fallait absolument faire un film", explique-t-elle aujourd'hui.


"Journal d'une FIV" démontre donc avec brio le champ des possibles ouvert dans le domaine de la création audiovisuelle par l'utilisation du smartphone. "Ce n'est pas du tout intrusif, ça passe partout, moi-même je l'ai oublié. Toute l'équipe médicale s'est laissée faire parce qu'eux aussi étaient plongés dans leur travail et oubliaient l'Iphone. C'est un outil fabuleux pour filmer des coulisses", conclut la réalisatrice. 

 

Sur le même sujet

toute l'actu cinéma

Marcq-en-Baroeul : une minute de silence en hommage au gendarme Arnaud Beltrame

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés